Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Jules Alingete annule la mission de contrôle d’un inspecteur général des finances dans l’ex. Katanga

Avatar of La Rédaction

Published

on

download 17

L’Inspecteur général des finances, chef de service, Jules Alingete tente de mettre un terme au cafouillage naissant quant aux missions improvisées pour le contrôle des numéros du Commerce extérieur dans l’ex Katanga.

Dans une correspondance, il crève l’abcès en s’adressant à l’inspecteur général des finances, Célestin Élie Ntunda, incriminé de poursuivre les dites missions de contrôle auprès des opérateurs économiques et non sans qualité.

” J’ai l’honneur de vous rappeler que sur décision du gouvernement, toutes les missions de contrôle auprès des opérateurs économiques ont été suspendues depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire et que cette suspension n’a pas été levée”, lui écrit-il.

Et à Alingete de renchérir dans sa lettre : ”… voudriez-vous bien noter que l’ordre de mission n°138/PR/IGF/IG-CS/VBM/BCV/NMM/2019 du 19 août 2019, relatif au contrôle des numéros import-export de la période 2014 à 2016 dans l’ex province du Katanga est rapporté et ce, jusqu’à nouvel ordre”.

Cette décision met donc fin  à la mission de l’inspecteur général des finances Ntumba Mudiande dans l’ex province cuprifère. Ce dernier est confiné à Lubumbashi en attendant la reprise des vols nationaux pour regagner Kinshasa.

Il y a lieu d’indiquer que le ministre des Finances appelle à une nette implication des régies financières au bon déroulement de la mission de contrôle de l’IGF.

Cependant, Sele Yalaghuli, veille à ce que les missions de contrôle lancées par l’Inspection générale des finances ne perturbent pas la machine de mobilisation des recettes au niveau de trois principales Régies financières du pays, à savoir la Direction des douanes et accises (DGDA), la Direction générale des impôts (DGI) et la Direction générale des recettes administratives, judiciaires, domaniales et de participations (DGRAD).

Pour un climat apaisé dans les régies financières, et pour que les inspecteurs de l’IGF se déploient sur le terrain, le Ministre des Finances avait convié, le jeudi 6 août 2020 dans son cabinet, les directeurs généraux des trois Régies financières et l’Inspecteur général des finances à une séance de travail.

Au centre des échanges, l’harmonisation des points de vue et la mise au point sur la mission de l’IGF lui assignée par le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi.

En effet, cette mission se résume essentiellement à l’accompagnement et l’encadrement des Régies financières de manière à « optimaliser la mobilisation des recettes publiques ». L’argentier national avait ainsi rappelé que l’Inspecteur général des finances a reçu mission de veiller à la traçabilité des recettes et des dépenses de l’Etat, conformément aux lois et règles en la matière.

Au cours de cette réunion, qui était également l’occasion de dissiper des malentendus et d’éclairer des zones d’ombres sur le rôle exact de l’IGF, le ministre Sele Yalaghuli avait soulevé les difficultés aussi bien endogènes qu’exogènes auxquelles sont confrontées les Régies financières dans leur travail de mobilisation des recettes. Il avait proposé à ce que des solutions idoines soient trouvées de manière à ce qu’il n’y ait aucune interférence dans le travail des uns et des autres.

Le ministre des Finances n’avait pas manqué de souligner que le Gouvernement fait face à des contraintes majeures de trésorerie en raison du faible niveau de mobilisation des recettes qui ne rencontre pas le niveau des dépenses budgétisées pour l’exercice 2020.

« La mobilisation des recettes constitue une priorité pour le Chef de l’Etat, la mission de l’IGF devra donc se dérouler dans des conditions optimales afin qu’elle aboutisse sur des recommandations pertinentes dans le but d’améliorer le niveau de mobilisation », avait fait remarquer Sele Yalaghuli.

A noter que le vice-ministre des Finances, Junior Mata M’Elanga, a été associé à cette réunion. Au terme de cette rencontre, l’argentier national avait insisté sur la parfaite collaboration des régies financières, placées sous la tutelle du ministère des Finances, au travail entrepris par l’Inspecteur des Finances. Ce qui devait rassurer les uns et les autres, tout en ramenant le calme dans les rangs.

Patrick BOMBOKA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV