Connect with us

a la une

RDC : Kabila, le boss de la majorité parlementaire reçu par Tshisekedi

Published

on

RDC : Kabila, le boss de la majorité parlementaire reçu par Tshisekedi 1

L’autorité morale du Front commun pour le Congo (FCC) est le vrai patron de la « majorité parlementaire», Joseph Kabila a été reçu par le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi ce dimanche à la cité de l’Union africaine à Kinshasa.

D’après la Présidence de la République, l’entretien qui a duré quatre heures a commencé par un tête à tête avant d’associer les collaborateurs respectifs.

Si rien n’a filtré officiellement, dans le milieu politique, d’aucuns évoquent les tractations politiques autour de la nomination du formateur du futur gouvernement.

En effet, la plate-forme électorale de Joseph Kabila compte 354 députés nationaux. Leurs chefs des regroupements et partis politiques auraient signé un acte de soutien à Félix Tshisekedi de la coalition CACH, disposant de 49 députés nationaux. Objectif : consolider la large majorité existante à l’Assemblée nationale pour une cohabitation gouvernementale pacifique.

Visiblement, la rencontre de ce dimanche, 17 février 2019, entre Joseph Kabila et Félix Antoine Tshisekedi vient sceller et/ou peut-être boucler les tractations qui ont débuté il y a quelques jours.

Au regard de son poids à la chambre basse du Parlement, le premier ministre doit logiquement provenir des rangs du FCC. Mais celui-là devrait également répondre aux critères préférentiels et stratégiques du président de la République. D’où, l’opportunité des consultations en tête-à-tête entre les deux patrons des forces politiques précitées.

Avant la rencontre de ce jour, apprend-on, deux primaturables étaient restés en lice : Henri Yav Mulang, l’actuel ministre des Finances et Albert Yuma, le président du Conseil d’administration de la Gecamines, tous deux proposés par le boss du FCC. Entre ces deux candidats, Emmanuel Ramazani Shadary pourrait être un outsider.

Cependant, le nom de celui qui sera nommé relève du pouvoir discrétionnaire du président Félix Tshisekedi.

A RE(LIRE) : Tshisekedi pourrait nommer le formateur du gouvernement la semaine prochaine

Les deux acteurs politiques, contraints de cohabiter par la réalité des résultats des urnes,  peuvent avoir également accordé les violons sur la taille du gouvernement et la clé de répartition de postes ministériels entre les différentes forces politiques de la coalition gouvernementale.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement