Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Kibali bat un nouveau record d’une production de 814 000 onces d’or en 2019

Avatar of La Rédaction

Published

on

Bristow

La mine d’or de Kibali a réalisé une autre année record avec une production de 814 027 onces d’or dépassant une prévision de 750 000 onces en 2019. Deux facteurs à la base de ce succès : une technologie de pointe accompagnée de la politique de Barrick d’employer, former et promouvoir la population locale.

De la technologie de pointe

Au cours de la première conférence de 2020 tenue ce lundi 27 janvier, Mark Bristow, président et directeur général, a mis en exergue les nouvelles techniques introduites dans le système de Kibali.

En effet, d’après lui, Kibali est la mine la plus automatisée du monde. Une automatisation qui passe par la création d’un environnement de sûreté avec l’utilisation de moins de carbone.

Bien plus, cette mine poursuit son avancée technologique avec l’introduction de simulateurs de formation de forage et de transport; l’intégration du système de suivi de la sûreté du personnel ainsi que le contrôle de la demande de ventilation. Elle améliore également son automatisation multi machines pour permettre à un opérateur d’utiliser plusieurs machines.

Pour Mark Bristow, il n’y a aucun paradoxe du fait que cette mine utilise beaucoup de machines alors qu’elle veut passer le flambeau aux congolais. L’automatisation ne réduit pas le travail mais crée de l’emploi. 

En utilisant une technologie de pointe, nous formons des techniciens qui deviennent des experts. L’argent en sort pas de la province en recourant aux services locaux (banques, restauration, garages) ce qui conduit au développement de l’économie de la province.

A RE(LIRE) : cinq stratégies pour réussir une bonne sous-traitance comme Kibali Gold Mines

Gestion de la mine par de congolais

A ce jour, la mine de Kibali est gérée par une équipe majoritairement congolaise soutenue par un corps de superviseurs et de personnel majoritairement congolais. Et elle s’engage à réduire progressivement les postes occupés par les expatriés pour les remplacer par de congolais.

“Beaucoup de ces sous-traitants ont vu leurs activités prospérer. Nous contribuons à la création de la classe moyenne”, a indiqué Mark.

Quant à l’avenir, Kibali s’emploie à rechercher la prochaine mine d’or.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito