Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Kipay Energy lance les travaux de construction du barrage hydroélectrique de Sombwe

Avatar of La Rédaction

Published

on

Kipay coupure du ruban @Zoom eco

Kipay Energie & Investments, avec l’appui de son partenaire Power China, vient de lancer les travaux de construction de la centrale hydroélectrique de Sombwe. La cérémonie a eu lieu ce samedi 23 novembre 2019 à Kalera Gare, village situé à plus de 300 km de Lubumbashi.

D’après Eric Monga, l’initiateur de ce projet précurseur 100% congolais, les travaux commencent par la construction de la route menant vers le site, situé à la rivière Lufira, au départ de Kalera Gare et longue de 57 kilomètres.

Le coup d’envoi a été donné par le gouverneur du Haut-Katanga, Jacques Kyabula Katwe en présence du vice-ministre en charge des Ressources hydrauliques et électricité du Gouvernement central, Papy Pungu et des plusieurs autres personnalités venues de quatre coins du monde pour vivre cet évènement.

Un investissement de 450 millions USD

La centrale hydroélectrique de Sombwe sera érigée sur le bassin versant de la rivière Lufira. Une fois achevée, au quatrième trimestre de l’année 2024, elle va produire 125 mégawatts d’électricité pour alimenter les opérateurs miniers et des ménages à travers le réseau de la Société nationale de l’électricité (SNEL).

Pour y parvenir, Kipay Energie & Investments a prévu de se connecter au réseau interconnecté de la SNEL en construisant (entre novembre 2020 et mars 2023) une ligne de transmission haute tension de 200 kilomètres, reliant Sombwe à Fungurume.

A en croire Eric Monga, plus de 100 000 ménages longeant cette ligne de transmission vont bénéficier de cette électricité, sans compter les abonnés de trois provinces, à savoir : Lualaba, Tanganyika et Haut-Katanga.

Un partenariat devra être signé à cet effet entre Kipay Energy & Investments et la SNEL en vue de la commercialisation de l’électricité produite par Sombwe.

Electricité, une denrée recherchée

Le déficit énergétique du Grand Katanga est estimé actuellement à 1 000 mégawatts. A cela s’ajoute le fait que la demande ne cesse d’accroître au fur et à mesure que des projets miniers et autres industriels se développent.

Population Kalera Kipay Energy @Zoom ecoA titre d’exemple, Ivanhoe Mines aura besoin d’environ 270 mégawatts pour tourner à plein régime. D’autres entreprises minières telles que Tenke Fungurume, Kamoto Cooper Company (KCC) sans oublier la Gécamines subissent également les effets de ce déficit énergétique.

Toutes étant intéressées, autant que les PME et les ménages, elles sont des potentiels acheteurs de 150 mégawatts de l’électricité qui seront produits par la centrale hydroélectrique de Sombwe.

Mitwaba, dans le « triangle de vie »

L’électrification du territoire de Mitwaba viendra consolider la paix et booster son développement. En effet, le manque d’électricité a toujours constitué un véritable frein au décollage de cette partie de la province du Haut-Katanga. Saluant l’initiative de l’opérateur économique Éric Monga, le gouverneur Jacques Kyabula a promis le soutient de son Gouvernement.

« Nous sommes venu l’encourager pour que ce projet se réalise. Nous aurons ainsi l’opportunité d’installer les entreprises ou d’attirer des investisseurs qui viendront pour développer ce territoire en ce qui concerne l’agriculture et les mines », a-t-il déclaré.

Pour les communautés riveraines à ce projet, il s’agit d’un grand jour pour Mitwaba qui va, enfin, pouvoir construire son économie. Lui, qui faisait jadis partie du triangle de la mort (des miliciens maï-maï qui semaient la terreur, il y a cinq ans, entre les territoires de Manono et Pweto), se retrouve aujourd’hui dans le triangle de paix et de  vie. D’où, le sens de la cérémonie traditionnelle présidée par le chef coutumier, Mulopwe Kalera.

Pour le respects des normes

La responsable chargé des questions environnementales de Kipay Energy, Bodil Furu, a affirmé que ces travaux seront effectués dans le strict respect de la sauvegarde de l’environnement tant sur le plan social que de la biodiversité.

« Cette approche est rendue possible par le choix du respect et de conformité des normes internationales et nationales sur lesquelles des structures étatiques veillent », a-t-elle rassuré.

Dans le même esprit, Power China s’est engagée solennellement à exécuter le projet Sombwe suivant les règles de l’art et le cahier de charge en phase avec le respect des normes environnementales et sociales.

Pour Eric Monga, la centrale hydroélectrique de Sombwe sera la matérialisation de plusieurs facteurs que sont : l’idée, le concept, la volonté et surtout un état d’esprit.

A lui de préciser : « c’est cet état d’esprit qui nous prouve encore que la destinée et le développement du peuple congolais se retrouvent dans leurs mains. En d’autres termes, cela est une preuve de plus que les congolais sont capables, avec le concours de tout le monde, d’atteindre le développement tant humain qu’économique. »

En rappel, Eric Monga est un opérateur économique, de surcroit président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) du Grand Katanga et président de la Corporation des producteurs indépendants d’énergie en Rd Congo.

Il fait partie d’un trio de congolais (avec Yves Kabongo et John Kanyoni) du secteur privé qui innove dans le secteur de l’électricité libéralisé en pilotant des projets 100% congolais. Et Sombwe est le projet le plus avancé de futurs producteurs indépendants tels que Great Lake Energy et Tempo Power.

Eric TSHIKUMA, de retour de Kalera

Sur le même sujet :

RDC : Eric Monga reçoit le prix Makutano de l’entrepreneuriat

RDC : des solutions intermédiaires pour réduire le déficit énergétique de l’industrie minière

Advertisement
1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito