Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : la BCC devrait bénéficier de 31,05 milliards de CDF grâce à la titrisation de sa créance sur le Trésor public

Avatar of La Rédaction

Published

on

Bcc

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC), à travers le ministère des Finances, a procédé, en date du 18 novembre 2022, à l’émission des Obligations du Trésor au profit de la Banque Centrale du Congo pour un montant arrêté à 31,05 milliards de Francs congolais (CDF), soit près de 15,4 millions de dollars américains (USD) au taux budgétaire de 2012 CDF pour un dollar américain.

C’est ce qu’indique un communiqué publié par le ministère des Finances daté du 15 novembre 2022.

Il sied de noter que cette opération consiste en la titrisation de la créance de la Banque Centrale du Congo (BCC) sur le Trésor public. La maturité de ce titre financier étant de trois ans.

Quant au remboursement, le ou les soumissionnaire (s) obtiendra (obtiendront) la totalité du montant mis en adjudication le 15 novembre 2025.

Une Obligation du Trésor indexée, rappelons-le, est un titre de créance remboursable à moyen ou long terme (durée supérieure ou égale à 3 ans) émis par le Trésor public d’un État, soit par voie de syndication (accessible via un groupement d’établissements financiers) soit par voie d’adjudication (enchères).

Toutefois, l’émission des Obligations du Trésor au profit de la Banque Centrale du Congo (BCC) signifie que le Trésor public doit de l’argent à la BCC. A cet effet, le Gouvernement émet des Obligations du Trésor (instruments financiers) pour payer ses dettes vis-à-vis de la Banque Centrale du Congo à un taux d’intérêt donné et pour une période déterminée.

Après que le Gouvernement a émis les Obligations du Trésor au profit de la Banque Centrale du Congo (BCC), expliquent certains experts, la BCC peut aussi titriser ses créances (ce qui lui est dû).

La titrisation va donc consister à vendre ce que le Trésor public lui doit en petits titres à des particuliers ou des entreprises pour sortir cette dette de son bilan, notamment dans le cadre d’un éventuel assainissement des états financiers de la Banque Centrale du Congo (BCC).

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito