Connect with us

a la une

RDC: la DGI somme Ferré Gola de s’acquitter de 65 millions de CDF d’impôts non payés sur ses revenus publicitaires

Published

on

RDC: la DGI somme Ferré Gola de s'acquitter des impôts non payés sur ses revenus publicitaires évalués à 65, 357 millions de francs congolais

L’artiste chanteur Ferré Gola Bataringe passe des mauvais jours avec le fisc. La Direction générale des impôts (DGI) est passée à l’étape coercitive. Faute de compromis avec ce contribuable, la régie financière, a dû procéder, le jeudi 15 octobre 2020, au scellé de son véhicule utilitaire, en sa résidence du quartier Beau-Vent dans la commune de Lingwala.

Cet acte visait à sommer Ferré Gola de s’acquitter des impôts non payés de l’ordre de 65,357 millions de francs congolais (CDF) sur ses revenus publicitaires reversés par son sponsor brassicole Bralima en 2015, 2016, 2018 et 2019.

À ce montant, il faudrait ajouter 1 960 714 de francs congolais à titre de coût d’exploit.

De sources proches du dossier signalent qu’au grand dam de l’équipe de la DGI conduite par un huissier fiscal assermenté, le musicien se serait illustré par un acte de bris de scellé pour avoir enlevé et jeté par terre le feuillet de scellé ayant été collé à son véhicule.

Les mêmes sources indiquent que le chanteur risque une peine d’emprisonnement allant de six mois à deux ans pour bris de scellés, infraction prévue et punie par l’article 140 du Code pénal congolais.

RDC: la DGI somme Ferré Gola de s'acquitter des impôts non payés sur ses revenus publicitaires évalués à 65, 357 millions de francs congolais

« Ceux qui auront à dessein brisé des scellés seront punis d’une servitude pénale de six mois à deux ans et d’une amende de cinquante à mille zaïres, ou d’une de ces peines seulement; et si c’est le gardien lui-même ou le fonctionnaire qui a opéré l’apposition, la servitude pénale pourra être portée à trois ans et l’amende à deux mille zaïres », stipule l’article évoqué.

Ce feuilleton d’épreuves de force aurait été évité si l’artiste avait pris la peine de prendre langue avec les services de la DGI.

Que non. Le patron de l’orchestre Jet Set aurait refusé de répondre à toutes les invitations lui adressées par la DGi afin de lui signifier ses obligations fiscales.

Patrick BOMBOKA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement