Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : la France débloque 99 millions USD pour appuyer le secteur de l’éducation

Avatar of La Rédaction

Published

on

8005E55D 3901 4F9A 94C4 D26172A01542

Le Gouvernement français décaisse une somme de 99 millions de dollars pour appuyer l’éducation primaire de qualité, renforcer l’enseignement supérieur et encourager la pratique sportive féminine et culturelle de proximité.

La France par l’entremise de la Directrice de l’Agence Française de Développement (AFD), Safia Ibrahim, et le Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) via le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, ont signé trois conventions, le lundi 29 janvier 2024, en présence de l’Ambassadeur de France en RDC, Bruno Aubert.

Cette somme permettra d’améliorer la formation de 13.000 enseignants du niveau primaire, l’accès à l’éducation pour 45.000 filles, la construction d’écoles, la réhabilitation et l’aménagement de cinq (5) terrains de sports.

Dans le cadre de ces financements, les actions suivantes seront mises en œuvre :

1. Une action de soutien à l’éducation des filles à la formation initiale et continue des enseignants et à la continuité de l’éducation en situations d’urgence.

Ce projet vise à accompagner le Gouvernement de la RDC dans la mise en œuvre de la réforme du secteur éducatif élaborée dans le cadre du « Pacte de Partenariat » que soutient le Partenariat Mondial pour l’Education via un financement de 68,5 millions d’euros.

Plus précisément, ce projet contribuera à :
– renforcer les compétences des enseignants en rénovant la filière de formation des humanités pédagogiques au secondaire, en mettant en place une nouvelle formation initiale des enseignants de niveau postbac (qui se déploie sur le moyen-long terme) et en améliorant la formation continue de 13.000 enseignants du primaire et 1 500 directeurs en poste ;
– la construction des trois (3) instituts de formation aux métiers de l’enseignement primaire ;
– promouvoir l’accès à l’éducation de 45.000 filles, par la mise en place de conditions d’accès protectrices et propices aux apprentissages ;
– assurer la continuité de l’éducation pour les enfants touchés par les crises, soit plus de 30.000 enfants dans les régions affectées (Ituri et Nord Kivu) ;
– gérer plus efficacement les fins de carrière des enseignants par un effort de budgétisation de l’État pour couvrir le paiement des indemnités de départ des personnels enseignants ayant atteint l’âge de la retraite.

2. Une action de soutien à l’enseignement supérieur et à la recherche, financé via une subvention de 15 millions d’euros. Cette initiative a pour objectif de soutenir quatre établissements d’enseignement supérieur et six laboratoires de recherche et écoles doctorales. Ce projet bénéficiera à 3000 étudiants et associera 10 établissements d’enseignement supérieur français avec un appui particulier aux filières de l’ingénierie, un renforcement du corps professoral et une prise en compte transversale des enjeux de genre. Il sera exécuté par Expertise France (EF), filiale de l’AFD, et opérateur français de mise en œuvre de projets de coopération technique.

3. Une action sportive et culturelle dans le cadre du projet « Pour Elles : Sport et Culture », financé via une subvention de 10 millions d’euros dont l’objectif est de permettre à plus 3.000 filles d’accéder aux activités sportives et culturelles, de renforcer les capacités de plus de 200 acteurs de l’écosystème.

Le projet prévoit également :

– la réhabilitation et l’aménagement de quatre terrains de proximité dans les communes de Bandalungwa, Lingwala, Kimbanseke et N’Sele, afin d’offrir un accès de proximité et des conditions de pratiques plus variées et inclusives (aménagements sportifs et culturels) ;
– l’aménagement d’un terrain municipal à N’Sele dédié à une pratique partagée des sports collectifs dont la pratique du rugby pour et par les filles et les femmes, des espaces spécifiques de la fondation Liyolo et de l’académie des Beaux-Arts, pour encourager et favoriser les parcours d’excellence de jeunes filles et femmes artistes et/ou en formation. Il sera mis en œuvre par Expertise France.

Ces accords qui visent le renforcement du capital humain et la place accordée aux jeunes et aux femmes dans le développement sont au cœur des priorités du Gouvernement dans le cadre du Protocole d’entente 2022-2025 signé le 7 décembre 2021 entre la RDC et l’AFD.

Ce document fixe un objectif d’engagements financiers du Groupe AFD de cinq cent millions d’euros (500 MEUR) d’ici 2025 pour accompagner la stratégie nationale du développement de la RDC en mobilisant l’ensemble des instruments financiers (subventions de l’Etat français, fonds du C2D, délégations de fonds, prêts souverains, garanties, prêts à la faveur du secteur privé) et expertises.

À date, l’investissement du Groupe AFD dans le cadre de ce protocole a atteint 359 M€ soit 72% de l’objectif de 500 M€ en totale cohérence avec les engagements de la France pour accompagner la RDC dans la mise en œuvre de ses réformes et investissements prioritaires, en faveur d’une croissance inclusive et durable.

Signalons que ce soutien vient concrétiser l’engagement pris par M. Emmanuel Macron, Président de la République française, lors de sa visite les 4 et 5 mars 2023 à Kinshasa, envers son homologue congolais, M. Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour soutenir une éducation primaire de qualité avec les fonds délégués par le Partenariat Mondial pour l’Education (PME), renforcer de l’enseignement supérieur, et encourager la pratique sportive et culturelle de proximité, notamment pour les filles.

AGNES KAYEMBE

Advertisement

Edito

ZoomEco TV