Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : la ministre de l’Emploi rappelle le respect du Code du travail pour l’embauche du personnel expatrié

Avatar of La Rédaction

Published

on

RDC : la ministre de l’emploi rappelle les règlements sur le travail des étrangers dans les entreprises et établissements de tout genre !

La ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Nene Nkulu est déterminée à faire respecter le Code du travail dans ses dispositions relative à la protection de la main d’oeuvre nationale. Celle-ci fait face, d’après son constat, à l’embauche des travailleurs étrangers dans plusieurs entreprises en violation des lois de la République.

En effet, les recrutements de travailleurs des expatriés se sont multipliés et ils se font en violation de dispositions des règlements du pays.

Pour Néné Nkulu, l’accroissement des activités dans les provinces minières et l’utilisation de la technologie de pointe qui ne doivent nullement justifier ces recrutements au dépend de nationaux qui sont aussi qualifiés. D’où, la nécessité de préserver le travail des nationaux qui sont souvent défavorisés au profit des étrangers.

Afin d’y parvenir, Néné Nkulu a rendu publique, le 22 juillet 2020, une Note circulaire relative au rappel des instructions réglementaires sur le travail des étrangers dans les entreprises et établissements de toute nature.

La patronne de l’Emploi met en garde contre le non-respect de trois textes légaux en vigueur au pays sur le travail des étrangers qui concerne notamment : dispositions générales, obtention préalable de la carte de travail pour étranger, la régularisation obligatoire de cas litigieux.

Dispositions générales

La ministre de l’Emploi rappelle que la procédure d’embauche de travailleurs étrangers est organisée suivant le Code du travail de la Rd Congo qui met l’accent sur la protection de la main d’œuvre nationale. 

« Il ressort que tout employeur qui désire engager un étranger doit d’abord se procurer de documents préalables dont la carte de travail d’étranger et de respecter la procédure devant la commission nationale de l’emploi des étrangers », a – t – elle précisé.

Obtention de la carte de travail pour étranger

Il s’agit d’une condition préalable pour tout employeur qui se propose d’engager un travailleur expatrié de pouvoir déposer l’offre d’emploi à l’Office national de l’emploi (ONEM).

Au cas où l’offre demeure insatisfaite dans le délai de 30 jours, cet employeur est autorisé à engager un expatrié mais il doit au préalable soumettre le dossier à la Commission nationale de l’emploi des étrangers.

A Néné Nkulu d’insister : « il est rappelé à tous les employeurs qu’il est interdit d’embaucher ou de maintenir en service un travailleur étranger en vertu d’un contrat de travail si son employeur n’a préalablement pas sollicité et obtenu une carte de travail au bénéficie de ce travailleur. »

Régularisation obligatoire de cas litigieux

A ce sujet, la ministre de l’Emploi annonce un déploiement dans les prochains jours des services de son ministère aux fins d’effectuer le contrôle de la détention ou non de la carte du travail pour étranger. 

« Un moratoire d’un mois, à dater de la signature de la présente note-circulaire est accordé aux entreprises et établissements de toute nature concernés pour se mettre en ordre », a annoncé Néné Nkulu.

Au demeurant, la ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale avertit que des sanctions sévères seront prises à l’endroit de tout étranger qui travaille en Rd Congo en violation de la réglementation en vigueur. 

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito