Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : le Conseil de sécurité des Nations Unies adopte la résolution 2439

Published

on

Cette résolution votée à l’unanimité porte sur Ebola. Les membres du Conseil de sécurité des nations Unies qui l’ont adopté, demandent à toutes les entités compétentes du système des Nations Unies d’accélérer leur intervention face à l’épidémie d’Ebola qui sévit actuellement en République démocratique du Congo. Le porte-parole de la Monusco l’a annoncé au cours de la conférence des nations de ce mercredi 31 octobre 2018.

La résolution 2439 des Nations Unies est basée essentiellement sur quatre points.

Primo. Le Conseil se dit profondément préoccupé par l’état global de la sécurité dans les zones touchées par l’épidémie d’Ebola, qui compromet gravement l’intervention d’urgence et facilite la progression du virus. Il demande à tous les groupes armés, y compris les ADF, de mettre immédiatement un terme aux hostilités.

Secundo. Toutes les parties prenantes des Nations Unies doivent permettre le libre passage de l’ensemble du personnel humanitaire et médical ainsi que du matériel dans le strict respect du droit international.

Tertio. Le Conseil se déclare vivement inquiet sur la possibilité que le virus se propage dans les pays frontaliers de la RDC. Quarto, le Conseil insiste également sur l’importance de maintenir un appui et un engagement internationaux sur les plans financier, technique et de dons en nature, afin à la fois d’endiguer l’épidémie et de contribuer au renforcement des systèmes de santé congolais pour empêcher toute dégradation ou répétition de la crise.

Le Conseil a félicité le gouvernement congolais d’être intervenu de manière énergique face à l’épidémie d’Ebola et d’avoir fourni notamment de soins de santé gratuits dans les zones de santé touchées et d’avoir présenté des rapports quotidiens sur la progression de l’épidémie.

Enfin, une mention spéciale a été attribuée à la MONUSCO dont le Conseil note le rôle positif important afin d’appuyer l’action menée par le gouvernement congolais, l’Organisation mondiale de la santé et les autres acteurs pour endiguer l’épidémie et veiller à protéger effectivement les civils dans sa zone d’opérations.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Advertisement

Edito