Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : le contrat de production du passeport biométrique par SEMLEX expire en juin 2020

Published

on

RDC : le contrat de production du passeport biométrique par SEMLEX expire en juin 2020 1

Le contrat de production de passeports biométriques attribué, de gré à gré, au Consortium des sociétés du groupe SEMLEX par le Gouvernement congolais en 2015 va expiré le 11 juin 2020. Nombreux sont ces congolais qui attendent vivre les avantages du transfert de ce projet à la RDC tel que le prévoit les dispositions contractuelles.

En effet, l’article 10 dudit contrat oblige au Consortium à transférer, au bout de cinq ans d’exploitation, l’infrastructure, le savoir-faire et les données techniques avant de plier bagage.

SEMLEX face à deux préalables contractuels

«  Le Consortium effectuera à ses frais, en accord avec l’Etat, les travaux nécessaires pour rétablir le cas échéant les équipements de l’infrastructure en état normal de fonctionnement et d’entretien, compte tenu de leur nature, de leur âge et de leur destination … », stipule l’ article précité du contrat Gouvernement congolais – SEMLEX.

Autre préalable, c’est l’établissement d’une convention de maintenance, d’assistance technique, de mise à niveau et de formation.

L’objectif étant de faciliter la gestion par l’Etat de l’infrastructure transférée et la continuité de l’activité relative aux bases de données et à la préparation, à la production et à la délivrance des documents officiels.

222 millions USD ont – ils étaient investis ?

Le total des investissements prévu par le Consortium et convenu dans le contrat s’élevait à 222 millions de dollars américains. Selon l’esprit de cet accord, il devrait prendre en compte le déploiement du système à travers le pays et l’interconnexion des bases des données nationales.

D’aucuns constatent que le seul centre opérationnel qui a été ouvert, durant toute la période de contrat, est celui de Kinshasa. De quoi déduire que la totalité des coûts qui devraient être engagés conformément au Plan d’affaires n’a visiblement pas été engagée.

« Si le nombre de documents officiels ou le déroulement des opérations se montrent inférieurs aux conditions déterminés dans l’offre technique, le Consortium sera autorisé à réduire voir à démobiliser l’Infrastructure », précise l’article 3.4.

Cette disposition aurait certainement permis au Consortium de ne pas engager la totalité du montant prévu pour l’investissement pour de raisons évidentes.

Nécessité d’une évaluation recommandée

Dans la perspective de l’arrivée à terme du contrat, d’aucuns invitent le chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi à diligenter, à travers son premier ministre, une mission d’évaluation globale de l’exécution dudit contrat. Et de rendre public le rapport pour plus de transparence et de redevabilité.

Quel montant a été coût réel d’investissement ? Combien de passeports biométriques ont – ils été produits ? Quel aura été le chiffre d’affaire global logé dans le compte séquestre ? Qu’en est-il des bénéfices générés sur la période ?

A deux ans et quatre mois après de l’entrée en vigueur du partenariat, seuls environ 250 000 passeports biométriques ont été alors produits. Considérant le rythme de délivrance de ces documents de voyage, d’aucuns estiment que la barre du million d’exemplaires n’a pas été franchi.

Départ de SEMLEX, réduction du prix du passeport

Nombreux sont ceux qui attendent avec impatience le départ du Consortium SEMLEX pour vivre la réduction du prix du passeport congolais. Il est évident la prise du contrôle total du projet par l’Etat congolais entraînera la suppression de certains intervenants dans la chaîne du partenariat pris en charge par le bénéficiaire du passeport.

Pour la délivrance d’un document de voyage à 185 USD, l’Etat congolais n’en tire que 65 USD. Dans les 120 USD du Consortium SEMLEX, la clé de répartition prévoit 12 USD pour Mantenga Contacto Trading, une société créée et basée à Kinshasa pour la gestion du projet. 48 USD sont affectés à SEMLEX Belgique pour l’impression des passeports. Et 60 USD reviennent à LRPS Ltd.

A RE(LIRE) : passeport Biométrique, le contrat SEMLEX-Gouvernement court jusqu’en Juin 2020 !

A ce stade, ni le chef de l’Etat encore moins son Gouvernement ne s’est encore officiellement prononcé sur cette question.

Entre-temps, dans les couloirs des Affaires étrangères, il se chuchote que l’Exécutif national devrait faire confiance aux compétences congolaises pour éviter de faire payer le prix plus fort aux bénéficiaires des passeports congolais qui coûte une fortune.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito