Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : le déblocage du potentiel économique de la RDC au centre du forum Katanga Business Meeting à Kolwezi

Avatar of La Rédaction

Published

on

8ED7B7EA AB14 40C6 930B 4BF28B09C0E0

À l’occasion du Forum Katanga Business Meeting   (KBM) ouvert le lundi 11 septembre 2023 à Kolwezi, chef-lieu province du Lualaba, les opérateurs miniers réfléchissent autour du thème central « Débloquer le potentiel économique de la RDC pour une croissance durable et équitable : enjeux et perspectives ».

Plusieurs panels avec des orateurs expérimentés ont chacun apporté leur contribution.

Première intervenante du premier panel, la Ministre d’État, Ministre du Plan, Judith Suminwa, a expliqué les priorités du Gouvernement pour débloquer le potentiel économique de la RDC.

D’après elle, une des priorités est la revanche du sol sur le sous-sol tel qu’edicté par le Chef de l’État congolais.

« La croissance économique devra reposer sur les ressources du sol qui ne sont pas périssables notamment le secteur de l’agro-industrie, ou l’énergie », a-t-elle dit.

Une autre priorité devrait être la transformation des richesses dont regorge le pays en actifs capables de contribuer à son développement durable en tenant compte de la volatilité de ressources minières du pays.

Aussi, a-t-elle insisté, il faudra débloquer l’économie de la RDC en passant par sa diversification. Ce qui a conduit le Gouvernement à prendre une série de mesures dont la création du Fonds minier pour les générations futures dans le but de partager équitablement les ressources .

Pour la Ministre congolaise en charge du Plan, il importe de mettre un accent particulier sur le capital humain.

Par ailleurs, le Gouvernement s’attèle à améliorer le climat des affaires qui est une condition sine qua none pour débloquer l’économie du pays et attirer les investisseurs.

Judith Suminwa estime qu’un accent particulier d’être mis sur l’entrepreneuriat et l’intégration régionale.

Deuxième orateur, le professeur Mabi Mulumba s’est plutôt interrogé si tous les partenariats conclus dans le secteur minier ont déjà porté leurs fruits. Il a expliqué comment le Code minier de 2002 n’a pas véritablement profité au Gouvernement congolais.

Le professeur Mabi a insisté sur l’impératif de diversifier l’économie du pays tout en invitant le Gouvernement à veiller sur la façon dont on négocie le contrat minier en associant le cabinet d’experts spécialisé en cette matière.

Troisième intervenant, le Ministre des Affaires étrangères du Burundi a proposé sa recette pour débloquer le potentiel économique de la RDC.

D’après Ezéchiel Nibigira, il faudrait notamment :

Primo, investir lourdement dans la sécurité du pays car les richesses de la RDC sont très convoitées par ses voisins;

Secundo, créer un environnement favorable, propice aux affaires afin d’attirer des investisseurs. Pour cela, il faudra combattre la corruption.

Tertio, développer l’industrie pour transformer sur place les matières premières.

Dernier intervenant du premier panel, le professeur Mastaki de la Commission économique des Nations Unies est revenu sur l’apport de la CEEAC qui est le bras technique des Nations-Unies et qui a eu à accompagner plusieurs États africains dans le processus de transformation structurée de leurs économies.

« De façon concrète, la CEEAC accompagne la RDC dans la chaîne de valeurs de batteries électriques » a-t-il déclaré en substance.

La journée d’ouverture a connu un deuxième panel composé de la Gouverneure du Lualaba, Madame Fifi Masuka; M. Louis Vatum, Président de la Chambre des mines de la RDC ; M. le professeur Jean-Baptiste Ntagoma, expert en macroéconomie et le professeur Mastaki.

Madame Fifi Masuka a expliqué le boom de sa province du Lualaba qui est parti du secteur minier avec des effets d’entraînement dans l’agriculture, le tourisme, l’immobilier et surtout les infrastructures routières pour permettre à cette province de s’ouvrir à ses voisins.

Pour sa part, Louis Vatum s’est apesanti sur la thématique : « comment les richesses minières de la RDC peuvent profiter aux congolais en créant une valeur ajoutée ».

Pour lui, les mines ne sont qu’un accélérateur et non pas le moteur du développement économique de la RDC.

De son côté, le professeur Jean-Baptiste Ntagoma a insisté sur la stabilité politique qui détermine le reste.

Enfin, le professeur Mastaki a suggéré que le secteur minier ait un effet d’entraînement sur l’agriculture et autres.

Rappelons que KBM se poursuit encore ce mardi 12 septembre 2023 à Kolwezi. La phase de Lubumbashi interviendra du jeudi 14 au vendredi 15 septembre 2023.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV