Connect with us

a la une

RDC : le déficit du solde des opérations de l’Etat réduit de 15,5% en deux mois !

Published

on

RDC : le déficit du solde des opérations de l’Etat réduit de 15,5% en deux mois ! 1

Le déficit cumulé du solde des opérations de l’Etat a été réduit de 30 milliards de francs congolais (CDF) en deux mois. D’après les chiffres officiels de la Banque centrale du Congo (BCC), le solde déficitaire est parti 197,9 milliards de CDF avant l’investiture de Félix Tshisekedi pour se situer à 160,5 milliards de CDF au 22 mars 2019.

Ce niveau de réduction du déficit cumulé des opérations du trésor représente un taux de redressement de 15,5%. Dans cet élan, l’exécution de ces opérations financières de l’Etat en février 2019 a affiché, y compris l’amortissement de la dette, un solde excédentaire de 22,1 milliards de CDF, les recettes s’étant chiffrées à 445,0 milliards de CDF.

Il y a lieu, pour l’exécutif national de redoubler d’efforts, avec les conseils de la BCC, pour que ce déficit soit totalement résorbé afin de soulager les finances publiques de ce fardeau.

RDC : le déficit du solde des opérations de l’Etat réduit de 15,5% en deux mois ! 2Quant à l’exécution du budget de l’Etat au 8 mars 2019, la Note de conjoncture de la Banque centrale indique un taux de réalisation de 10,9% des recettes totales mobilisées et de 11,6% des dépenses effectuées par rapport aux prévisions budgétaires équilibrées à 9 604, 890 milliards de CDF.

Le taux de croissance économique projeté à 5,1%, la stabilité des prix intérieurs justifié à un faible taux d’inflation situé à 0,43% en février, les faibles fluctuations du taux de change garantissant l’accalmie, ainsi que le niveau de réserves de change oscillant entre 968 millions USD et un milliard de dollars, donnent une idée sur l’état des finances publiques de la RDC.

Dès lors, l’examen minutieux des facteurs de risque pouvant affecter négativement la stabilité du cadre macroéconomique a visiblement révélé un satisfecit poussant le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque centrale du Congo à maintenir inchangés les dispositifs actuels de sa politique monétaire.

« Ainsi, le taux directeur demeure à 14,0 %. Les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme sont maintenus respectivement à 13,0 % et 12,0 % et ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 2,0 % et 0 %. Le Bon BCC continuera à être utilisé pour réguler la liquidité », a indiqué le communiqué officiel du CPM du 26 mars 2019.

Eric TSHIKUMA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement