Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : le Directeur général de l’ONAPAC dénonce l’exportation frauduleuse de plus 600 tonnes de cacao vers l’Ouganda

Published

on

Le Directeur général de l’Office national des produits agricoles du Congo(ONAPAC) ex-Office national du café (ONC), Guy Bompate Bo-Lounda, dénonce l’exportation frauduleuse des produits agricoles notamment le café, cacao et d’autres produits par certaines organisations, dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo. Et ce, avec la complicité de certains services de l’Etat.

Le Directeur général de l’ONAPAC a révélé que plus de 600 tonnes de cacao ont été exportés frauduleusement en Ouganda avec la complicité de certains services de l’Etat.

« Une fois arrivé en Ouganda, ce cacao change de nationalité congolaise pour devenir un produit d’origine ougandaise, avant d’être exporté. Le non payement des frais de prestation sur les produits agricoles par les membres de la FEC prive l’ONAPAC de ses sources de survie et l’empêche à remplir loyalement ses missions régaliennes lui confiées par l’Etat », a-t-il expliqué.

Il a sollicité l’implication du ministre de l’Agriculture pour que les membres de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) et de l’Association des exportateurs de café et cacao(ASECAF) basée à Butembo respectent les textes créant son Office.

« Nous attendons du Gouvernement l’application des textes qui régissent l’Office. Que les autorités décident de faire le premier pas en insérant dans la loi créant l’ONAPAC (ex-ONC), une disposition contraignante pour réprimer l’exportation frauduleuse des produits agricoles d’exportation », a affirmé le Directeur général.

A lui d’ajouter: « cette action devra être suivie de la mise en place d’un mécanisme de contrôle plus rigoureux des opérateurs économiques présents dans ce secteur, car le non-respect des textes empêche à l’Office de respecter les engagements que la République Démocratique du Congo a eu avec les Organisations internationales telles que l’Organisation internationale du café, l’Organisation internationale du cacao ainsi que l’Organisation africaine du café pour le payement de ses cotisations internationales ».

Agnès KAYEMBE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito