Connect with us

a la une

RDC : le FMI invité à se pencher sur quatre dossiers des ressources naturelles

Published

on

RDC : le FMI invité à se pencher sur quatre dossiers des ressources naturelles 1

La mission des consultations au titre de l’article IV du FMI avec le gouvernement congolais est invitée par la société civile à se pencher sur des dossiers relatifs aux ressources naturelles. Objectif : pousser l’exécutif national à mener un audit indépendant sur la gestion de certaines entreprises paraétatiques et à publier certains contrats des ressources naturelles.

D’après une correspondance conjointe de 34 organisations de la société civile adressée à Christine Lagarde, directrice générale du FMI, il s’agit de quatre dossiers suivants :

1. Les transactions «opaques» des entreprises paraétatiques dont la Gécamines ;
2. La perception des royalties de la GCM par les entreprises de Dan Gertler ainsi que la non publication des contrats entourant ces transactions ;
3. La négociation, la gestion et le développement de manière non transparente des contrats pour le site hydroélectrique Inga 3 ;
4. Et enfin, la cession des parts de l’Etat à une entité privée dans le cadre du projet de construction du barrage hydroélectrique de Busanga par la SICOHYDRO dans la province du Lualaba pour alimenter la SICOMINES.

S’il fait saisir cette opportunité qu’offre l’environnement politique actuel pour opérer de changements majeurs dans le mode de gestion des affaires publiques afin de permettre à la RDC de prendre un nouveau départ, il est hors de question pour ces acteurs de la société civile de tolérer les mauvaises pratiques qui ont freiné l’élan de développement et auxquelles le FMI s’était opposé avant son retrait.

« Des acteurs de la société civile et certains médias se sont inquiétées des diverses déclarations contradictoires de la Gécamines sur ses paiements à l’Etat et sur le phénomène de ses avances fiscales à la Banque Centrale dont la traçabilité suscite de nombreux doutes sur leur destination réelle», ont-ils déploré.

Bien plus, ils ont évoqué la perception des royalties de la Gécamines par les entreprises de Dan Gertler ainsi que la non publication des contrats entourant ces transactions.

Quant au projet de construction du barrage hydroélectrique de Busanga par la SICOHYDRO, ce dossier soulève d’autres des préoccupations sur le montant des prêts pour les infrastructures dans le cadre du projet Sino–congolaise des mines et leur destination difficiles à tracer.

A tout prendre, les 34 organisations de la société civile exhortent le FMI à recommander au gouvernement l’audit pour plus de transparence et de redevabilité sur ces dossiers. Et comme moyen de pression, en faire « une des conditions sine-qua-non pour tout éventuel support au budget de l’Etat.»

Agnès KAYEMBE

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :