Connect with us

a la une

RDC : le FPI finance 13 projets urgents du programme de 100 jours de Tshisekedi

Published

on

RDC : le FPI finance 13 projets urgents du programme de 100 jours de Tshisekedi 1

Le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) finance 13 projets du programme de 100 jours du Président de la République, Félix Tshisekedi. La principale banque d’investissement de l’Etat congolais va débloquer pour ce faire un montant global de 70 millions de dollars américains.

« Le Fonds de Promotion de l’Industrie est le bras séculier du Gouvernement en matière des financements industriels. Il finance pas seulement les projets micros économiques mais également des projets d’infrastructures structurantes pour créer les conditions d’externalité qui permettent d’optimiser l’exploitation des projets micros économiques présentés par le secteur privé », a rappelé le directeur général du FPI, cité par Géopolis.

A RE(LIRE) : Tshisekedi aligne 304 millions USD pour son programme d’urgence !

Dans les trois prochains mois, le FPI sera obligé d’atteindre ses assignations concernant ces projets.

Premier projet. Rendre fonctionnelle l’usine mobile de construction de bâtiments préfabriqués. Cette unité a été acquise à plus de 8 millions de dollars américains depuis 2014 sur fonds propres du Gouvernement. Cependant, il ne manquait que 100 000 USD pour financer les missions de formation d’ingénieurs afin d’accélérer  le Programme de construction des écoles, des infrastructures sanitaires et de l’armée.

Deuxième projet. Réhabiliter le pont Luboya sur l’axe Kisangani-Lubutu. Ces travaux seront entrepris par l’Office des Routes (OR) et entièrement financés par le FPI. Tout est mis en œuvre pour que l’inauguration dudit pont intervienne dans les 100 jours.

Troisième projet. Faire l’adduction d’eaux au niveau des sites de l’Université de Kinshasa. « Nous avons été saisi pour financer un projet dans ce cadre-là qui est déjà opérationnel et qui permet de donner de l’eau sur le site des professeurs au niveau du campus de Kinshasa. Malheureusement,  les étudiants pour l’instant n’ont pas été concernés, ni les Cliniques Universitaires de Kinshasa (CUK), ni le Centre Neuro-Psycho Pathologique (CNPP). Nous avons donc en instruction, un deuxième dossier pour 500 mille dollars que nous allons financer dans le cadre du Programme des 100 jours », a garanti Patrice Kitebi au Chef de l’Etat devant des milliers de ses concitoyens.

Quatrième projet. La réhabilitation de la centrale hydroélectrique de  Bendera. Il s’agit d’un projet conduit par la Société Nationale d’Electricité (SNEL). Mais le FPI intervient à ses côtés  spécialement pour le groupe numéro 3. D’après le directeur général Kitebi, « tout est fin prêt pour que dans les trois semaines qui viennent, les ingénieurs qui ont été recrutés à cet effet puissent commencer à se déployer. »

Cinquième projet. La modernisation du port de Kalemie. Ce port souffre d’ensablement et de vieillissement de ses infrastructures notamment, les quais et grues datant de 1950. Une étude a été financée par le FPI. Et ce dernier travaille en collaboration avec la Société Nationale des Chemins de Fer du Congo (SNCC). Il est évident que ce projet ne va pas se réaliser dans les 100 jours, a précisé Patrice Kitebi,  mais le lancement se fera pendant cette période.

Sixième projet. Le forage des puits d’eaux dans le centre du pays et dans d’autres régions. Ce programme a commencé à Mbuji-Mayi et il va s’étendre à Kikwit et à Kananga. Dans la province du Kongo Central, le FPI est présent dans la Base militaire de Kitona (BAKI) avec le projet d’adduction d’eau potable.

Septième projet. La réhabilitation d’une ferme agropastorale à Lukenge par la firme Domaine Agro-Pastoral.

Huitième projet. La relance et Industriel de la N’sele (DAIPN). Patrice Kitebi confie que le travail de cette firme qui a fait ses preuves à Kinshasa s’inscrit dans le cadre de la stratégie de sécurité alimentaire.  « Le FPI va accompagner le groupe d’investisseurs israéliennes qui travaille dans ce cadre-là pour que ce projet puisse se matérialiser dans les 100 prochains jours », s’est-il engagé devant le Chef de l’Etat.

Quant au huitième et au neuvième projet, le FPI indique qu’il s’occupe du projet présenté au Sud-Kivu, par l’ex-comité anti-Buaki pour la collecte du lait auprès des éleveurs paysans, sa transformation et sa mise sur le marché. Le coût du projet est estimé à plus ou moins 274  mille dollars. Le même projet type va-être également dupliqué dans le Masisi au Nord-Kivu.

D’après Patrice Kitebi, le FPI projette d’intervenir dans le financement d’un projet d’électricité à Nyengezi et à Fizi avec un montant avoisinant les 2 millions de dollars. Ces  dixième et onzième projets sont entièrement  privés mais ils vont devoir créer des conditions pour permettre au FPI de financer des projets développement industriel dans ces entités.

Le douzième projet concerne l’aquaculture sur le Lac Kivu. Il y a un groupe des jeunes qui travaillent déjà et qui est buté à un certain nombre de difficultés. Le FPI a reçu mission d’accompagner ce projet, notamment pour faciliter à ces jeunes l’acquisition des alevins, et des aliments pour les poissons qui viennent de l’extérieur », a commenté l’ancien ministre des Finances congolais.

Et enfin, le treizième projet cible la réhabilitation de l’Institut Mokengeli situé dans la commune de Lemba à Kinshasa. Coût des travaux évalué à 300 000 USD.

Ainsi se résume les 13 projets prioritaires du Fonds de promotion de l’industrie (FPI) tels que révélés par le directeur général Patrice Kitebi pour se conformer au plan d’actions dressé par le Président de la République les trois prochains mois.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement