Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : le Franc congolais se déprécie de 0,9 % au mois de juillet 2022, la BCC alerte sur une surchauffe

Avatar of La Rédaction

Published

on

Franc congolais

Dans un communiqué rendu public à l’issue de la réunion du Comité de politique monétaire (CPM) tenue le 3 août 2022, la Banque Centrale du Congo (BCC) note une tendance à la surchauffe sur le marché des changes.

Tout en indiquant les causes de cette surchauffe, l’Institut d’émission prend un certain nombre des mesures pour espérer trouver une solution au problème.

La BCC rassure donc le public sur la capacité de réaction de l’Institut d’émission à soutenir efficacement et durablement la stabilité sur le marché des changes au regard du niveau confortable de ses réserves de change.

« Il a été noté une tendance à la surchauffe sur le marché des changes attestée par une légère dépréciation de la monnaie nationale de 0,9 % en juillet 2022 contre une moyenne de 0,24 % au premier semestre 2022 et une forte augmentation des besoins des banques en devises », indique le communiqué.

Comme causes de cette situation, la BCC met en exergue la faiblesse de l’offre des devises des banques, l’expansion des avoirs libres de ces dernières et l’incertitude quant à l’évolution économique internationale au vu de la poursuite du conflit russo-ukrainien ainsi que de la résurgence du Covid-19, notamment en Chine.

Parmi les mesures prises pour juguler la surchauffe, la BCC procède dès ce vendredi 5 août 2022, à une opération d’adjudication des Bons BCC au titre de réglage fin pour les maturités de 7, 28 et 84 jours. Il est également annoncé l’élargissement, dès le 10 août 2022, des fourchettes d’appel d’offres de Bons BCC.

La BCC décide de réduire les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises en vue d’améliorer l’offre subséquente sur le marché de change ; rehausser les taux de la réserve obligatoire sur les dépôts en monnaie nationale ; intervenir sur le marché de change via la vente des devises au cours de la semaine prochaine.

Concomitamment à ces mesures, la BCC procède à une ventilation des besoins en devises pour saisir la nature des demandes exprimées. A ce travail s’adosse le contrôle du respect de délais de rapatriement ad hoc des devises selon dispositions règlementaires en la matière », annonce le Comité de politique monétaire (CPM).

Olivier KAFORO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito