Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : le Gouvernement appelle le Conseil de sécurité à condamner la énième agression meurtrière du Rwanda

Avatar of La Rédaction

Published

on

Rwanda

Le Gouvernement central de la République Démocratique du Congo (RDC) salue le travail réalisé par le Groupe d’experts mandatés par les Nations-Unies rassemblant dans un rapport des solides preuves de la présence de troupes rwandaises aux côtés des terroristes du M23 lors d’affrontements dans l’Est de la République Démocratique du Congo, entre novembre 2021 et juillet 2022.

Par la voie d’un communiqué de presse signé le jeudi 4 août 2022, le Ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, indique que parmi les preuves rassemblées figurent des photos de soldats rwandais dans un camp du M23.

« Des membres des Forces rwandaises de défense (RDF) ont bel et bien fourni des armes, des munitions et des uniformes au M23 et ont mené des attaques conjointes avec le mouvement terroriste, notamment en mai dernier à Rumangabo. Parmi les preuves rassemblées figurent des photos de soldats rwandais dans un camp du M23, des images filmées par des drones montrant des colonnes de centaines de soldats marchant en territoire congolais, et des photos et vidéos montrant des combattants du M23 munis d’uniformes et d’équipements de l’armée rwandaise. », lit-on dans le communiqué.

Le Porte-parole du Gouvernement congolais a par ailleurs rappelé que « ce rapport du Groupe d’experts des Nations-Unies soumis au Conseil de sécurité paraît quelques jours après celui de Human Rights Watch (HRW) qui confirmait également l’incursion du Rwanda et sa complicité avec le M23 dans la commission des crimes contre la population congolaise ».

Et d’ajouter : « Face à ces multiples preuves, le Rwanda ne peut plus démentir les accusations et doit reconnaître sa culpabilité et sa responsabilité dans l’instabilité dans notre pays. »

En outre, le Gouvernement congolais appelle le Conseil de sécurité à condamner cette énième agression meurtrière et à en tirer toutes les conséquences afin d’obtenir le retrait définitif du M23, de toutes les localités occupées et de soutenir le processus judiciaire devant aboutir à la condamnation des coupables et à la réparation en faveur des familles des victimes.

Agnès KAYEMBE

Advertisement

Edito