Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : le gouvernement renoue avec les Bons du Trésor, 180 milliards CDF visés au premier trimestre 2021

Published

on

Après un bon moment de vache maigre caractérisé principalement par la réticence des banques commerciales à soumissionner, le gouvernement de la république démocratique du Congo compte renouer avec les séances d’adjudication des Bons du Trésor. Dans cette optique, il est prévu la levée de 180 milliards de francs congolais (CDF) équivalent à plus ou moins 90 millions de dollars américains au premier trimestre de l’exercice 2021.

Selon le calendrier y relatif rendu public par les services du ministre des Finances, la première séance d’adjudication sera organisée le 19 janvier prochain. Au total, neuf séances d’adjudications de Bons du Trésor sont programmées pour les trois premiers mois de 2021. Ainsi, le gouvernement compte lever 40 milliards de CDF au mois de janvier ; 80 milliards au mois de février et 60 milliards de CDF au mois de mars.

 

Il faut noter que début décembre 2020, l’émissions de Bons du Trésor ont connu un petit problème. Les soumissionnaires se sont faits absents au point qu’à la séance d’adjudication de Bons du Trésor du 8 décembre, aucun franc congolais n’a été levé. A la Banque centrale du Congo (BCC), on a justifié cette situation par la réticence des banques commerciales qui sont les principaux soumissionnaires. Une réticence relative à la crainte d’une probable instabilité du taux de change. Optimistes, des experts de l’Institut d’émissions avaient indiqué que la situation allait s’améliorer début 2021.

Avec cette reprise, le gouvernement espère donc se doter des moyens pour pouvoir faire face à ses différentes charges.
Les bons du Trésor sont des titres obligataires (c’est-à-dire des titres d’emprunts) émis par l’État, par l’intermédiaire du Trésor public (d’où leur appellation). L’acheteur d’un bon du Trésor devient automatiquement créancier de l’État. Pour sa part, l’État s’engage à rembourser l’acheteur à une échéance déterminée et à lui verser régulièrement des intérêts avant cette échéance. En RDC, l’échéance convenue est de trois mois.

Agnès Kayembe

Advertisement

Edito