Connect with us

a la une

RDC : les 30 ans de FPI marquent un nouveau départ !

Published

on

RDC : les 30 ans de FPI marquent un nouveau départ ! 1

Le Fonds de promotion de l’industrie (FPI) a totalisé 30 ans d’existence depuis sa création en RDC le 7 août 1989. L’environnement macroéconomique difficile, l’insolvabilité des débiteurs, les influences politiques dans l’octroi des crédits et par moment la gestion complaisante de cet établissement ont plombé l’efficacité de son action durant ces trois décennies.

Malgré ces difficultés rencontrées, le FPI a pu résister et survivre au point de se remettre sur les rails. Ces deux dernières années ont auront été déterminantes et historiques pour cet établissement appelé à jouer pleinement et librement son rôle de promouvoir l’industrie locale pour asseoir un tissu économique créateur de la valeur ajoutée.

Pour y parvenir, le nouveau comité de gestion dirigé par Patrice Kitebi intervient sur trois axes principaux.

Primo. Le recouvrement des créances des promoteurs insolvables accumulées depuis plus de 26 ans. Elles sont chiffrées à 140 millions USD conformément au rapport d’enquête parlementaire de 2015.

Même si le processus de recouvrement forcé amorcé fait face à une résistance farouche et des attaques des débiteurs, le FPI garde le cap. D’après une source crédible, le taux de recouvrement tourne autour de 20%.

A côté de ces créances, le FPI lui même avait des dettes évaluées à 10 millions de dollars dues à des banques, son personnel, des retraités et autres. Entre fin 2016 à ce jour, toutes ces dettes ont été épongées. Et le Comité de gestion détient une enveloppe d’épargne d’environ 20 millions USD.

Secundo. La mobilisation de la Taxe de promotion de l’industrie (TPI). D’après la même source, le recouvrement de cette taxe est passé de 3,5 à 20,5 milliards de francs congolais. Cela, grâce notamment au paiement des miniers qui ont fini par comprendre la nécessité de la TPI.

Depuis mars 2019, le FPI s’est engagé à financer des projets structurants intégrés dans le programme des 100 jours du chef de l’État pour une valeur de 15 millions de dollars américains.

Tertio. La mise en oeuvre des réformes notamment de gestion de l’entreprise. C’est dans ce cadre qu’il a été lancé le bilan de compétences du personnel ainsi que l’audit informatique qui a abouti à la dotation au FPI d’un système d’information et de gestion intégré.

La réforme, c’est aussi dans les pratiques et habitudes du personnel à bannir dans le traitement des dossiers de demande de financement des projets et l’octroi des crédits.

Cela implique que le FPI dispose d’une procédure claire de financement connue du public et qu’il garantisse un accès libre et équitable à tout congolais sans une quelconque influence politique.

Aussi, devrait – il veiller de façon permanente et rigoureuse à ne pas abuser des subventions qui étaient devenues un mode officiel et propre de détournement d’argent.

La discipline des promoteurs et le respect de leurs engagements vis-à-vis du FPI sont des facteurs déterminants dans ce processus de création du tissus industriel congolais.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement