Connect with us

a la une

RDC : les banques commerciales soumises à un seul correspondant à l’international !

Published

on

RDC : les banques commerciales soumises à un seul correspondant à l’international ! 1

Les banques commerciales opérant en RDC sont soumises à un correspondant bancaire à l’international. Il s’agit de la Citi Bank. C’est par cette banque américaine que devra désormais passer tous les transferts et/ou virements d’argent à l’international. En pratique, commente un expert du secteur, cette banque jouera le rôle du nouveau gendarme du système financier congolais.

Resserrer pour contrôler
Si elles avaient la possibilité et le choix de correspondre avec des banques internationales pour leurs transactions en devises à l’international, tous ces correspondants ont mis fin à cette collaboration. Et seule, la Citi a été autorisée à déroger à cette mesure.

En réalité, explique l’expert anonyme, il est question pour le Trésor américain de centraliser toutes les opérations bancaires de la RDC à l’international et vice-versa afin de mieux contrôler le système financier congolais.

« Le fait de ne recourir qu’à Citi Bank comme correspondant international ne va rien changer dans la manière de faire des banques commerciales congolaises. Cependant, elles devront être plus strictes dans leurs transactions pour éviter de faire face à certains refus et/ou caprices de la banque qui jouit désormais de l’exclusivité », commente-on dans la sphère financière congolaise.

A (RE)LIRE : Citibank, 45 ans de présence continue en RDC

Assurances de la BCC
Cette stratégie vient ainsi renforcer le dispositif de contrôle contre la circulation de l’argent sale et préserver les banques internationales correspondantes contre les risques de subir les sanctions de l’OFAC pour une quelconque négligence de la part d’une des banques congolaises qui ont, en face d’elles, une panoplie de personnalités placées sous sanctions américaines. D’où, la nécessité de veiller à leur mise en œuvre scrupuleuses.

Au niveau de la Banque centrale du Congo (BCC), le processus d’adaptation régulière des dispositifs de lutte contre le financement du terrorisme aux principes de GAFI se poursuit. Le gouverneur, Deogracias Mutombo rassure de la réalité des dispositifs de compliance qui relèvent des efforts visant à éviter l’enlisement des correspondants américains.

« Dans nos banques, des services de compliance sont dotés des logiciels dédiés à détecter les opérations non conformes à la réglementation financière internationale. Ce sont des logiciels qui interagissent avec des logiciels internationaux notamment ceux de L’OFAC (Ndlr : le Trésor américain) et qui restituent toutes les informations des personnes black-listées, des personnes sanctionnées et de faire en sorte que les transactions jugées non conformes à la réglementation internationale ne passent pas. Il y a également l’amélioration des dispositifs de connaissance du client qui permettent de signaler des opérations inhabituelles », a-t-il indiqué à la presse, au terme de la réunion du Comité de politique monétaire.

Le numéro un de la BCC a également rassuré qu’une charte de conformité à la réglementation financière internationale a été élaborée et elle a connue l’adhésion de toutes les banques.

A RE(LIRE) : des nouvelles sanctions américaines contre cinq personnalités pour corruption !

A tout prendre, le Trésor américain est engagé à lutter contre la corruption, le blanchiment des capitaux, le financement du terrorisme à travers le monde utilisant notamment sa monnaie (le dollar américain) dont la RDC. Quoi de plus normal qu’il veille à la loupe sur la nature de toutes les transactions financières qui se font au départ ou à l’arrivée du pays de Félix Tshisekedi, récemment dirigé par Joseph Kabila.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement