Connect with us

a la une

RDC : les défis du futur gouverneur de la province de Kinshasa

Published

on

RDC : les défis du futur gouverneur de la province de Kinshasa 1

[ANALYSE] – Après les élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, l’heure est à la recherche des nouveaux gouverneurs. Une floraison de candidats manifestent leurs ambitions alors que la clôture du dépôt de candidatures à la CENI intervient ce 4 février 2019.

Celui qui va succéder à André Kimbuta Yango, le gouverneur sortant de la province de Kinshasa, en poste depuis avril 2007, fera face à des attentes immenses des kinois qui sont en réalité de défis à relever.

D’après des kinois interrogés par Zoom Eco, le premier défi concerne la gestion efficace des déchets ménagers.

En effet, partout à travers Kinshasa, les quartiers sont envahis par d’immondices. Le projet initié, il y a quelques années par l’Union européenne, n’a pas survécu après le transfert à l’administration provinciale du programme PARU.

Des tas de déchets sont visibles partout surtout dans les marchés. L’exécutif provincial a tenté à plusieurs reprises de trouver de solutions en prélevant à la source un pourcentage dans les taxes payées au marchés. Mais visiblement, la ville reste polluée des odeurs nauséabondes qui envahissent.

Les infrastructures publiques, l’un des grands défis à relever. Plusieurs routes urbaines à Kinshasa nécessitent l’attention du gouvernorat, certains chantiers initiés, ne sont jamais achevés. C’est le cas du tronçon Bokassa. D’autre sont devenues impraticables, rendant ainsi certains quartiers infréquentables du fait de l’enclavement.

Certains se demandent d’ailleurs à quoi sert l’argent perçu comme impôts, taxes et autres redevances relevant de la province.

Il y a également la multiplicité des taxes et quittances dans les marchés et autres services. Les kinois se voient de plus en plus sommés de payer de taxes voir de doublons de taxes. Une même taxe est perçue par plusieurs services, les vendeurs au marché en font les frais chaque jour.

Autres défis, c’est la faible desserte en électricité. Plusieurs poches noires existent dans la capitale, ce qui accentue le phénomène de délestage qui empoisonne la vie de kinois. Il en est de même avec la desserte en eau potable. Certains kinois recourent encore aux puits et forages pour avoir de l’eau, ce qui est inadmissible pour les habitants d’une capitale.

La multiplicité des bars et églises causant la pollution sonore, l’éclairage public, les difficultés de transport en commun, … Voilà un tas d’autres défis auxquels devra faire face le futur gouverneur de Kinshasa.

Agnès KAYEMBE | Zoom Eco

Edito

Advertisement