Connect with us

a la une

RDC : les entreprises publiques interdites de financer des charges ministérielles

Published

on

RDC : les entreprises publiques interdites de financer des charges ministérielles 1

Les entreprises du portefeuille de l’État devraient s’interdire de financer toutes les dépenses ministérielles liées au fonctionnement et/ou frais de missions des ministres exerçant leur tutelle. Le rappel à l’ordre émane du premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Dans un courrier du 9 octobre 2019 adressé à tous ses ministres, le chef du Gouvernement a dénoncé ce genre de pratiques qui, d’après lui, sont contraires à la bonne gouvernance et constitutives à une grave entorse à l’Acte d’engagement éthique auquel les membres ils ont tous adhéré.

Visiblement, Ilunga Ilunkamba contraint les membres du Gouvernement central à éviter un double financement de leurs dépenses par le Trésor public directement, quand bien même ce n’est pas ponctuel, et les caisses des entreprises de l’État indirectement.

Cette interpellation vise ainsi à décourager ceux des membres du Gouvernement qui se seraient illustrés par cette pratique qui s’est enracinée depuis des années au sein des cabinets ministériels.

« J’ose croire que le premier ministre a eu vent de actes que certains ministres auraient posés dans ce sens. Les réfractaires à rappel à l’ordre se verront sans nul doute sanctionnés », a commenté Robert Mutombo, un analyste.

Si en marquant leur adhésion au Code éthique et bonne conduite de l’agent public les membres du Gouvernement s’étaient mis la corde au cou, il suffit d’un petit dérapage pour le premier ministre passe à l’action pour servir d’exemple et consolider la pratique de la bonne gouvernance.

Dans son avertissement, il a enjoint aux ministres exerçant la tutelle sur certaines entreprises et établissements publics à répercuter l’information aux gestionnaires en leur demandant les rapports des dépenses qu’ils auront eu déjà à effectuer.

A RE(LIRE) : les six obligations éthiques des membres du Gouvernement

Vice-premiers ministres, ministres d’État, ministres, ministres délégués et vice-ministres s’étaient tous engagés, le 18 septembre 2019, à marquer la rupture d’avec le passé en ce qui concerne tout de négatif et d’antivaleurs dans l’accomplissement de leurs missions.

Ils se doivent de ne pas abuser des ressources publiques et de se conformer à tous les articles du Code de conduite l’Agent public de l’État en vigueur depuis 2002.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement