Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : les projections budgétaires pour les élections de 2023 attendues dans les prochains jours, annonce Corneille Nangaa

Published

on

Alors que les discordes persistent entre les confessions religieuses dans la désignation des futurs animateurs de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le Président sortant de cette institution d’appui à la démocratie, Corneille Nangaa Yobeluo, a annoncé pour bientôt la publication des projections budgétaires pour la tenue des élections prévues constitutionnellement en 2023.

Corneille Nangaa l’a dit lors de son intervention à la journée scientifique organisée, le samedi 9 octobre 2021, par la faculté de Droit de l’Université de Kinshasa autour du thème « identification et gouvernance politique en République Démocratique du Congo ».

Pour Corneille Nangaa, la République Démocratique du Congo a choisi la voie de la démocratie et cette dernière a un coût.

Le Président sortant de la CENI a rappelé la nécessité de mutualiser les ressources et des efforts pour certaines opérations pour ne pas trop gonfler l’enveloppe des opérations électorales.

« Les élections ont un prix, nous avons choisi la démocratie malheureusement on ne peut pas faire l’économie de cette démocratie on doit payer, il faut payer ou alors vous n’en voulez pas. Payez dans les conditions qui sont les nôtres c’est très difficile, il y a des choses que la Commission électorale nationale indépendante est obligée de faire juste parce que les institutions chargées de le faire ne le font pas. Un budget est déjà programmé et c’est dans cette logique qu’il a été proposé qu’il y est une mutualisation des ressources et des efforts de sorte qu’on gagne en terme budgétaire parce que dans tous les cas, il faut qu’on organise les élections, qu’il y ait recensement ou pas, alors pourquoi ne pas profiter de ça pour mutualiser et arriver à ça, les projections budgétaires seront là, dans les jours qui viennent, elles seront rendues publiques dans les détails », a dit Corneille Nangaa lors de son intervention axée sur l’enrôlement des électeurs et la cartographie électorale.

Cette annonce de Corneille Nangaa rencontre la volonté de l’Eglise catholique et l’Eglise du Christ au Congo (ECC) qui ont émis, le jeudi 7 octobre 2021, le souhait de voir l’équipe de la CENI qui est en place amorcer les préparatifs techniques en attendant la désignation de nouveaux membres de la Centrale électorale, en vue d’éviter le glissement du calendrier électoral.

D’après la loi mère de la République Démocratique du Congo, le pays devrait organiser en 2023 le quatrième cycle électoral de son histoire.

Pour y parvenir, plusieurs parties prenantes à ce processus exigent notamment des réformes électorales mais aussi la mise en place du nouveau Bureau de cette institution organisatrice des élections dans le pays.

À l’heure actuelle, ces préalables peinent à être concrétisés pour l’instant au vu des blocages constatés ici et là.

Les confessions religieuses restent divisées sur la candidature Denis Kadima qui est présenté par l’ECC et l’Eglise catholique comme étant un proche d’un camp politique. Ce qui enfreint au code éthique.

Ce rapprochement politique supposé remet en cause la crédibilité et l’indépendance de ce candidat au poste de Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Alors que les six autres confessions religieuses campent sur leur position après avoir porté la candidature de Denis Kadima comme Président à ce poste.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito