Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : les projets traités par l’ARE contribueront à augmenter la capacité énergétique avec plus de 3 280 MW d’ici à 2030 (Experts)

Avatar of La Rédaction

Published

on

ARE

Les projets traités en deux ans par l’Autorité de régulation du secteur de l’électricité en RDC (ARE) contribueront au développement du secteur énergétique avec plus ou moins 3 280 Mégawatts d’ici à 2030. C’est ce qu’a affirmé le Directeur général de l’Autorité de Régulation du secteur de l’électricité (ARE), Sandrine Ngalula Mubenga, le vendredi 29 juillet 2022, à l’occasion de la célébration du deuxième anniversaire de l’ARE à Kinshasa.

Par la même occasion, Sandrine Ngalula Mubenga a présenté les étapes importantes franchies par son Etablissement en vue de consolider les acquis et relever le défi d’une libéralisation effective du secteur de l’électricité en République Démocratique du Congo. Elle a dressé le bilan de l’action qu’elle mène avec toute son équipe depuis deux ans.

Pour elle, les projets en cours de réalisation vont ajouter une puissance importante d’énergie…

Devant un panel des journalistes invités pour la circonstance, Sandrine Ngalula Mubenga a évoqué plusieurs aspects, entre autres, des actions qu’elle a entreprises depuis sa nomination à la tête de l’ARE.

En deux ans donc, le Directeur général de l’ARE affirme qu’une trentaine des projets a été reçue et instruite, répartis sur 11 provinces.

« L’ensemble cumulé de ces projets permettrait un apport énergétique de plus de 3 280 MW d’ici 2030 », a fait savoir Sandrine Ngalula Mubenga. Et dans cette perspective, a-t-elle enchaîné, 7 projets ont déjà reçu le quitus de l’ARE pour leur exécution, avec leurs cahiers des charges spécifiques respectifs.

Les provinces concernées par ces projets sont notamment le Haut-Uélé, Ituri, Kasaï-Oriental, Kasaï Central, Kongo Central, Kinshasa, Nord-Kivu, Lualaba, Haut-Katanga, Maï-Ndombe et Sankuru.

Dans le segment affaires économique et tarification, plusieurs dossiers tarifaires ont été déposés à l’ARE pour solliciter un avis sur la révision des tarifs ou l’approbation des nouveaux tarifs.

« Seuls six dossiers ayant respecté les règles en la matière, en particulier les principes de vérité des prix, d’égalité, équité et non transférabilité des charges ont reçu l’Avis favorable de l’ARE dont la teneur a été envoyée aux Ministres en charge de l’Economie nationale et de l’Electricité pour approbation », a-t-elle précisé.

Explications sur les procédures

Outre le bilan dressé par la patronne de l’ARE, les experts de l’ARE ont fait des exposés pour expliquer les différentes procédures à suivre. Allusion faite aux procédures d’octroi des titres, à l’étude tarifaire, étude de certification de conformité et des plaintes des consommateurs.

L’un des experts, en la personne de Marco Kuyu, a fait la présentation de l’ARE avant d’expliquer la procédure des plaintes des consommateurs.

Pour sa part, Daddy Mbombo s’est appesanti sur les procédures de certification de conformité, alors que Christian Bakole a donné les détails sur les grilles tarifaires.

Membre des associations des régulateurs

Par ailleurs, Sandrine Ngalula a relevé avoir initié une série de contacts au niveau international et régional pour affirmer la place de l’ARE/RDC dans ce cercle compétitif.

« C’est dans ce Cadre que l’ARE a été accepté comme membre à part entière des organisations internationales et régionales ci-après : REGULAE FR, Energy Regulators Association of East Africa (EREA), et Regional Association of Energy Regulators for Eastern and Southern Africa (RAERESA) », s’est-elle rejoui.

Le Chef de l’Etat congolais, Félix-Antoine Tshisekedi, étant en ce moment le Président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), en marge de la XXIème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la (CEEAC), tenue à Kinshasa le 25 juillet 2022, Sandrine Ngalula Mubenga a rappelé que l’ARE a présidé les travaux du Sous-Comité Technique Spécialisé Energie pour la mise en place de la Commission Régionale de Régulation de l’Electricité de l’Afrique Centrale (CORREAC).

« Au cours de ces assises, l’ARE a postulé, plaidé et obtenu la désignation de la RDC comme pays de siège de cette Commission Régionale qui sera pratiquement la première institution spécialisée de la CEEAC abritée en RDC », a-t-elle indiqué.

Les experts de l’ARE, a-t-elle ajouté, ont contribué efficacement aux travaux et ateliers organisés par ces organisations, sans omettre plusieurs formations en renforcement de capacité, notamment sur les principes fondamentaux de la régulation, la tarification dans le secteur de l’électricité ainsi que la protection des consommateurs.

Perspectives d’avenir…

En ce qui concerne les perspectives, Sandrine Ngalula Mubenga a expliqué que dans le but de se doter des moyens humains, matériels et organisationnels pour jouer pleinement son rôle, l’ARE entend, dans un avenir proche, accomplir des actions relevant de sa feuille de route. Notamment se déployer en provinces ; mettre en place et opérationnaliser les directions provinciales ; acquérir des équipements et matériels divers, sans oublier la vulgarisation des dispositions légales et réglementaires régissant le secteur de l’électricité.

Olivier KAFORO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV