Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : les recettes budgétaires du secteur de l’ESU sont évaluées à plus de 84 milliards de CDF en 2021

Published

on

RDC : les recettes budgétaires du secteur de l'ESU sont évaluées à plus de 84 milliards de CDF en 2021 1

Le secteur de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) doit mobiliser l’importante somme de 84 milliards 799 millions 991 mille 628 francs congolais. C’est ce qu’indique la loi de Finances pour l’exercice 2021.

Avec les mesures prises par le Gouvernement congolais dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid-19, le secteur de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) reste en berne.

En conséquence, sur un montant de 71 milliards 390 millions 622 mille 627 de CDF que l’État congolais attendait en vertu de sa Loi de Finances de l’exercice 2020, le secteur l’Enseignement Supérieur et Universitaire n’a pu mobiliser que 47 milliards 954 millions 175 mille 88 francs congolais, soit 67, 1/% des assignations.

En ce moment où le nouveau régime congolais fait de la lutte contre la corruption, le détournement de deniers publics, la malversation financière et le clientélisme son cheval de bataille, avec à la clé l’arrestation de plusieurs hauts responsables, beaucoup d’efforts restent à faire pour inverser réellement la tendance.

Selon les données du Ministère de l’ESU, la République Démocratique du Congo compte près de 3 000 professeurs d’universté pour un effectif de plus 400 000 étudiants répandus à travers le territoire national.

Ces chiffres représentent en effet une moyenne d’un professeur pour 200 étudiants, ce qui est de loin supérieur au ratio exigé par l’UNESCO, soit un professeur pour 20 étudiants.

L’insuffisance du personnel académique constitue l’un des problèmes majeurs dans le secteur de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.

Alors que le besoin en ressources humaines est important, l’Université de Kinshasa (UNIKIN), par exemple, a perdu 39 professeurs décédés au courant de l’année 2020.

Selon des analystes, le manque d’effectifs suffisants de professeurs entraîne notamment la désertion de certaines filières par les étudiants ainsi que le vieillissement du corps enseignant.

Les filières des sciences, technologie et innovation, telles que les mathématiques, la physique, la biologie, la chimie, les sciences, la mécanique, l’électronique et l’informatique connaissent un très faible engouement. La plupart d’étudiants se tournant vers les filières des sciences humaines.

Il convient de noter qu’à cause du vieillissement du corps académique, il y a des risques énormes de fermeture de certaines facultés, comme celle de Polytechnique.

Mitterrand MASAMUNA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito