Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : les six dossiers devant faire l’objet d’enquêtes judiciaires impartiales (CNPV)

Published

on

RDC : les six dossiers devant faire l'objet d'enquêtes judiciaires impartiales (CNPV) 1

Les organisations pilotant la campagne «Congo n’est pas à vendre » exige des autorités congolaises compétentes l’ouverture des enquêtes judiciaires impartiales pour faire la lumière sur six principaux dossiers et établir les responsabilités des acteurs impliqués.

D’après cette plateforme d’ONG, il s’agit respectivement de :

1. Les détournements orchestrés à travers la BGFIBank révélés par les Lumumba papers, y compris ceux à la CENI. CNPAV fait observer qu’aucune poursuite n’a, à ce jour, été engagée.

2. Les transactions minières et pétrolières du réseau d’un opérateur économique, sanctionné aux États-Unis pour corruption.

3. Le dossier lié à l’entreprise EGAL qui porte sur au moins 80 millions USD et qui, dans son conseil d’administration, comporte des personnalités de l’ancien régime.

4. Le contrat léonin des passeports congolais parmi les plus chers au monde, où 1/3 du montant perçu bénéficierait à des personnes privées réputées membres de l’ancienne famille présidentielle.

5. Le dossier Bukangalonzo, où près de 150 millions de dollars ont été soi-disant investis dans la création d’une ferme agro-industrielle qui, déplore CNPAV, n’a jamais vu le jour.

6. Le barrage de Busanga dans le Lualaba, où une part importante de l’actionnariat étatique se trouve entre les mains de Congo Management, une entreprise privée dont ces ONG ne comprennent pas le rôle.

« Le CNPAV tient à rappeler son engagement total dans la lutte contre la corruption et le détournement des biens publics et en appelle à la mobilisation des autorités publiques et de la population congolaise pour faire triompher la transparence, la Justice et la bonne gouvernance en RDC», lit-on dans un communiqué conjoint.

Ces organisations de la société civile signataires espèrent que l’Agence de lutte contre la corruption qui vient d’être mise en place par le chef de l’État sera véritablement indépendante et disposera des moyens autonomes pour réussir sa mission.

Encore faudrait-il, insiste CNPAV, qu’elle soit dirigée par des personnes compétentes, intègres et d’une haute moralité.

La campagne « Le Congo n’est pas à vendre » est pilotée par une dizaine d’organisations et plateformes de la société civile tant nationales qu’internationales qui militent contre la corruption.

AETA, Afrewatch, ODEP, OEARSE, PPLAAF et Resources Matters font partie des signataires de ce communiqué 10 avril 2020.

Louis MABUIDI

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito