Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Luzolo Bambi refuse d’acheter des voix, se retire de l’élection et saisit la justice !

Published

on

Le candidat aux sénatoriales dans la province du Kongo Central, Luzolo Bambi Lessa vient de dénoncer la « mise à prix des voix » des voix des grands électeurs. Le flic anti-corruption a carrément retiré sa candidature pour ne pas se soumettre à cette pratique avilissante pour se faire élire. Et il a saisi le procureur général près la Cour de Cassation.

Retrait de candidature

Dans une correspondance du 22 février dernier, Luzolo Bambi a signifié à Corneille Naanga, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sa décision. Cette dernière est motivée par le monnayage des voix des députés provinciaux, appelés à élire prochainement les sénateurs et les gouverneurs.

«Croyant aux valeurs éthiques et républicaines dans l’accès aux charges publiques et dans la gestion de celles-ci, je prends librement la décision de retirer ma candidature de l’élection sénatoriale», fait-il savoir dans cette lettre rendue publique par AfricaNews.

Luzolo Bambi vient ainsi rallonger la liste des dénonciateurs des pratiques de corruption qui se font à ciel ouvert pendant cette période pré-électorale. Adam Bombole a donné le ton. Il a été suivi de Vidiye Tshimanga et tant d’autres.

A RE(LIRE) : la corruption des grands électeurs se planifie à ciel ouvert !

Dénonciation judiciaire

Le conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme ne s’est pas limité au retrait de sa candidature. Il a également saisi le procureur général près la Cour de Cassation afin de solliciter l’ouverture d’une information judiciaire et inviter la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à prendre des mesures conservatoires pour conjurer ces mauvaises pratiques.

«Les premiers éléments d’information contre vérifiées par mes services confirment cette corruption générale initiée tantôt par les députés provinciaux qui vendent leurs voix aux candidats sénateurs ou gouverneurs de province, tantôt par les candidats sénateurs ou gouverneurs qui approchent des députés provinciaux pour l’achat de leurs voix», a – t – il écrit au procureur général près la Cour de Cassation.

Dans cette correspondance dont une copie a été adressée au Chef de l’Etat, Luzolo Bambi Lessa affirme que la RDC a besoin des institutions fortes animées par des hommes et des femmes intègres, compétents et élus sans la moindre corruption.

Et de préciser : « l’intégrité des acteurs électoraux déterminera l’engagement de futurs sénateurs, gouverneurs de province à contribuer à la moralisation de la vie politique et à la promotion de la bonne gouvernance.»

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : faudrait-il vraiment tolérer la corruption des grands électeurs ?

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito