Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Le message du Patronat aux acteurs politiques !

Published

on

[Extrait du discours de Président de la FEC]
« L’année 2017 devrait être pour notre pays une année éminemment politique avec l’organisation des élections présidentielles et législatives nationales et provinciales, conformément à l’accord de la Cité de l’OUA, complété par les conclusions des pourparlers directs facilités par l’Eglise catholique.

Nous demandons urgemment à tous les acteurs politiques congolais de taire leurs divergences et de mettre sous le boisseau leurs intérêts personnels afin de permettre au pays de sortir de sortir de la léthargie, dans laquelle il se trouve plongé depuis plusieurs mois désormais. Si nous avons tenu à vous présenter aujourd’hui nos priorités économiques, c’est parce que nous pensons que nous devons ensemble, dès maintenant nous mettre au travail pour la transformation de notre pays.

Le vœu le plus ardent du monde des affaires est qu’une fois les divergences politiques totalement réglées, l’année 2017 soit celle de l’engagement des réformes de structures, rendues possibles par la participation de toutes les composantes politiques et de la société civile congolaises au Gouvernement d’Union Nationale, avec pour objectif principal de s’attaquer au mal majeur qui ronge notre pays, la pauvreté.

Les exigences de mobilisation de financement pour ces élections – les chiffres varient entre 1 milliard et 1,2 milliards, suscitent je dois vous l’avouer, quelques inquiétudes auprès de nos opérateurs économiques, qui craignent une augmentation de la pression fiscale pour la réalisation des prévisions budgétaires de l’Etat.

Le niveau de recettes à mobiliser tel que prévu dans le projet de loi de finances 2017 reste à ce jour incompatible avec les besoins financiers de couverture des élections à venir.

Par ailleurs, nous devrions, au vu de la crise sociale aigüe dans notre pays, nous interroger tous ensemble sur quelle sera la première priorité pour nos populations pour 2017 ?

La Fédération des Entreprises du Congo, en sa qualité de partenaire privilégié du Gouvernement, l’invite à éviter à recourir à tout expédient qui viendrait, un peu plus contraindre les entreprises et n’aurait pour effet que de détourner l’investissement congolais vers des économies plus protectrices».

*Discours prononcé le 19 janvier 2017 par le Président de la FEC, Albert Yuma Mulimbi à l’occasion de la cérémonie d’échange des vœux

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito