Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : plus de 888,2 millions USD affectés au fonctionnement des ministères en dix mois (rapport)

Avatar of La Rédaction

Published

on

RDC : plus de 888,2 millions USD affectés au fonctionnement des ministères en dix mois (rapport)

Le fonctionnement de l’ensemble des ministères du Gouvernement de la République Démocratique du Congo a coûté au Trésor public une somme évaluée à 1 787,1 milliards de Francs congolais (CDF), soit près de 888,2 millions de dollars américains au taux budgétaire moyen de 2012 CDF pour un dollar américain entre janvier et octobre 2022.

Ces données ont été publiées dans le rapport mensuel sur les états de suivi budgétaire (ESB) de la Direction des politiques et programmation budgétaire du mois d’octobre 2022.

Ce document renseigne que l’autorité budgétaire, qui est l’Assemblée nationale, avait fixé à 1 215,9 milliards de Francs congolais (CDF), soit près de 604,3 millions de dollars américains (USD) les prévisions budgétaires pour le fonctionnement des ministères au cours de la période prise en compte.

Le taux d’exécution budgétaire est en effet de l’ordre de 147% du montant total attendu, soit un excédent budgétaire de plus de 283,9 millions de dollars américains (USD).

Ces dépenses liées au fonctionnement des ministères couvrent toutes les charges liées au fonctionnement courant des ministères chaque mois.

Pour toute l’année 2022, le Gouvernement congolais devrait mobiliser 1 459,1 milliards de Francs congolais (CDF), soit près de 729,55 millions de dollars américains pour assurer le fonctionnement des ministères.

Le Président de la République, Félix Tshisekedi, continue de rappeler à son Gouvernement la nécessité d’œuvrer pour la réduction du train de vie des institutions.

Malgré cet appel du Chef l’État congolais à l’exécutif national, certains spécialistes de l’économie estiment qu’il est difficile, dans le contexte d’un Gouvernement éléphantes, d’envisager une réduction drastique du train vie des institutions.

Pour ce faire, certains observateurs estiment que l’une des mesures serait, sans attendre, la réduction non seulement de la taille du Gouvernement mais aussi des effectifs parfois pléthoriques au sein de plusieurs institutions du pays.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement

Edito