Connect with us

a la une

RDC : présidentielle 2018, le trésor public pourrait capter 1,5 million USD de caution

Published

on

[EDITO] – Le Trésor public, à travers la Direction générale de recettes administratives, domaniales et de participation (DGRAD), continue à percevoir la caution électorale, non remboursable, pour la présidentielle de 2018. Si jusqu’à mardi 7 août 900 000 USD ont été déjà versés, il y a lieu de s’attendre à une moyenne de 600 000 USD de complément d’ici la fin de la journée. Ce qui porterait l’enveloppe à au moins 1,5 million de dollars américains.

En effet, la passion du Congo n’a pas empêché certains citoyens à débourser 100 000 dollars américains de caution exigée pour déposer leurs dossiers de candidature à la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Peu importe les motivations de chacun, l’origine de son argent et ses chances de gagner, le peuple observe la multiplication de «100 000 dollars américains». Jusqu’à la veille de la clôture de l’opération de dépôt des candidatures, cette multiplication a été faite par neuf (9).

Il s’agit respectivement de Seth Kikuni, Jean Pierre Bemba, Alain Daniel Shekomba, Vital Kamerhe, Tryphon Kin Key Mulumba, Pierre Honoré Kazadi lukonda Ngumbe, Freddy Matungulu, Felix Tshilombo Tshisekedi et Jean Paul Moka.

Dans cet élan, d’autres candidats déclarés vont devoir s’acquitter de cette formalité d’usage ce mercredi 8 août 2018 avant 16 heures (heure de Kinshasa). C’est le cas du candidat du Front commun pour le Congo (le dauphin de Joseph Kabila), Martin Fayulu Madidi, Adolphe Muzito, Samy Badibanga Ntita, Yves Mpunga et Monique Mukuna.

Sans compter Noël Tshiani, Gabriel Mokia, Fiyou Ndondoboni, Daniel Mwana Nteba ainsi que tout autre probable dissident de la famille présidentielle qui pourrait suivre les pas de Tryphon Kin Key Mulumba.

A ce rythme d’effervescence, il y a lieu de s’attendre à une quinzaine de candidatures pour cette élection présidentielle du 23 décembre prochain, à un seul tour.

Évidences : certains parmi eux pourraient être débarqués pour non conformité de candidature. De ceux qui verront leurs candidatures définitivement approuvées, les uns arriveront à se désister en faveur des autres pour des raisons de positionnement. Tous bénéficieront des suffrages des votants (en dépit du nombre des voix). Mais au finish, un(e) seul(e) sera élu(e).

Qu’à cela ne tienne, le Trésor public aura empoché environ 1,5 million de dollars américains auprès de ces passionnés du Congo.

Si d’aucuns saluent cet enthousiasme patriotique qui prouve que l’ambition ne peut être limitée par les moyens, d’autres sont d’avis qu’il s’agit d’un exemple suffisamment éloquent de la capacité des certains congolais nantis à investir leur argent dans l’entreprenariat local. Les projets innovants des jeunes, les opportunités d’affaires et le potentiel du marché local ne manquent pas.

Avoir la passion pour le développement du Congo, c’est aussi promouvoir entrepreneuriat de jeunes congolais, créer des hommes d’affaires puissants avec des business prospères. C’est tout le contraire de l’environnement d’affaires congolais envahi par les expatriés qui font la loi.

A tout prendre, les passionnés de la transparence et de la redevabilité estiment qu’il serait logique que la DGRAD rende compte au peuple au congolais de tout ce qu’elle a perçue en faveur de l’Etat en termes de caution électorale non seulement pour la présidentielle mais aussi pour les législatives nationales et provinciales.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :