Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: « PRISE II », la BAD octroie 70 millions USD pour étendre le projet à cinq autres provinces

Avatar of La Rédaction

Published

on

bad

La Banque africaine de développement (BAD) finance à plus 70 millions de dollars américains la deuxième phase du Projet de renforcement des infrastructures socio-économiques dans la région Centre (PRISE II).

L’annonce a été faite, le mercredi 22 juin 2022, par le Coordonnateur de ce projet, Déo Nsunzu lors de sa visite à Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï Oriental, en compagnie d’une délégation de la BAD, dans certains sites de réalisation dudit projet.

« Cette deuxième phase est évaluée à plus de 70 millions de dollars américains. La première phase, il faut le dire, c’était une phase de 158 millions de dollars américains avec les différentes composantes de gestion au niveau du projet. Et cette phase va rajouter cinq autres provinces parce que la première phase a concerné les provinces du Kasaï Oriental, Kasaï, Kasaï Central, Lomami et Sankuru. Et maintenant on va étendre les interventions du projet PRISE, non seulement étendre mais compléter les interventions là où le projet est déjà implémenté. Nous allons cette fois-ci intervenir dans l’ex province du Bandundu, le Maniema et le Tanganyika qui vont bénéficier de la deuxième phase. », a déclaré Déo Nsunzu.

En effet, cette deuxième phase va s’étendre sur une période de cinq ans et permettra de construire 41 écoles, 40 centres de santé, 88 latrines et 22 mini-réseaux d’eau potable.

Près de 870 908 personnes de 41 agglomérations rurales réparties dans 10 provinces vont bénéficier directement de ce projet. Il s’agit des provinces du Kasaï Central, Kasaï Oriental, Kasaï, Sankuru, Lomami, Kwuilu, Kwango, Mai-Ndombe, Maniema et Tanganyika.

Il sied de rappeler que la deuxième phase du Projet de Renforcement des Infrastructures Socio-économiques (PRISE) dans la Région du Centre est conforme au PNEHA 2030 et vise l’amélioration des conditions socio-économiques et sanitaires ainsi que la résilience des populations congolaises.

Spécifiquement, ledit projet vise trois objectifs à savoir :

1° améliorer le taux d’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans les zones rurales des provinces ciblées ;

2° améliorer les taux de scolarisation et d’accès aux soins de santé des populations ;

3° Et renforcer la capacité de différents acteurs du secteur.

Agnès KAYEMBE

Advertisement

Edito