Connect with us

a la une

RDC : projet « Port de Banana », l’Etat s’engage dans le règlement des points litigieux avec DP World

Published

on

RDC : projet « Port de Banana », l’Etat s’engage dans le règlement des points litigieux avec DP World 1

Le Gouvernement congolais, sur instruction du chef de l’Etat, a donné le go aux avocats français du cabinet britannique Holman Fenwick Willan (HFW) pour amorcer des négociations avec l’opérateur portuaire dubaïote DP World. Objectif : régler les derniers points litigieux. Cela intervient aux termes d’un protocole d’accord, dont le coût des travaux est évalué à 600 millions USD d’investissements, conclu entre l’État congolais et l’opérateur portuaire DP Word, pour la construction du port en eaux profondes de Banana au Kongo Central.

Parmi les points de discorde, figurent la question de l’option de vente, une clause contractuelle prévoyant des indemnités très élevées en cas de retrait de la RDC, que l’Etat congolais voudrait supprimer, ainsi que l’obtention d’un droit de veto pour l’Etat.
Le terminal dudit port aura une capacité de 332 000 containers et plus de 1,3 million de tonnes chaque année.

Ce projet envisage, à moyen terme, à construire le chemin de fer de 142 Km entre Matadi et Banana, et 144 Km de route reliant Boma et Moanda.

Les avantages de cette construction
En termes d’emplois, ce projet aura à générer 2 000 emplois directs ainsi que des emplois indirects aux populations du Kongo Central.

Il va ouvrir la voie des marchés aux sociétés de sous-traitance, en plus des impôts et taxes que l’État pourrait prélever auprès de l’ensemble de ces opérateurs commerciaux, avait indiqué le conseiller spécial du chef de l’Etat en charge des infrastructures, Alexy Kayembe.

Pour le professeur Ferdinand Kimwanga, expert en économie industrielle, la construction du port en eaux profondes de Banana offre plusieurs avantages.

Il s’agit : d’éviter une perte de revenus aux ports de Matadi et de Boma ; palier au problème de compétitivité du commerce extérieur par l’augmentation de flux de l’import-export ; permettre l’augmentation de grands navires, car le port de Matadi n’a pas cette capacité ; occasionner une incidence positive sur le volume du trafic, c’est-à-dire l’interconnexion des échanges avec d’autres pays ; augmenter le chiffre d’affaires dans la mesure où le port de Matadi n’est plus rentable à cause du manque de l’autofinancement, etc.

Ce projet est inscrit dans le budget 2020 de la République démocratique du Congo. Il rentre dans le quota réservé au budget des investissements.

Son exécution demeure un impératif, quand on sait que l’État congolais a du mal à exécuter la plupart des projets d’investissement au cours d’une année budgétaire.

Pour rappel, DP Word est le troisième plus grand opérateur mondial de terminaux conteneurs présents dans le monde.

De nos jours, il a la capacité de gestion de plus de 60 terminaux au plan mondial.

Julien MAO MAMPO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement