Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Serment des hauts magistrats, le FCC rappelle à Tshisekedi l’obligation de « respecter son serment »

Published

on

Le Front Commun pour le Congo (FCC) continue à marquer son opposition à ce qu’il qualifie de “forcing” opéré par le Président de la République, en nommant les hauts magistrats à la Cour Constitutionnelle.

La plateforme de Joseph Kabila invite ainsi le Président de la République au strict respect de son serment constitutionnel, à savoir “observer et défendre la Constitution et les lois de la République”.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion de tous les hauts cadres du FCC, l’ex mouvance présidentielle refuse de “cautionner toute violation manifeste et intentionnelle de la Constitution et ne se sent pas concernée par la cérémonie irrégulière projetée ce mercredi 21 octobre 2020”.

Pour exprimer son mécontentement, le FCC interdit à “tous ses cadres évoluant au sein des institutions” de prendre part à la prestation de serment des nouveaux magistrats de la haute Cour, prévue le mercredi 21 octobre 2020.

“Le FCC dénonce la violation intentionnelle du siège du Parlement et appelle la population, qui a massivement voté la Constitution en vigueur, à se tenir prête pour s’opposer et résister à toute tentative de passage en force tendant à imposer le fait accompli d’une nouvelle Cour aux ordres assises sur des graves violations des dispositions basiques de la Constitution”, peut-on lire dans le communiqué.
Et d’ajouter : “le FCC prend à témoin la communauté internationale de constater la retenue dont il a fait montre dans ce dossier et de prendre action dans le sens qui conforte le droit et consolide la démocratie”.

Rappelons que Félix Tshisekedi a nommé, il y quelques mois, des juges à la Cour constitutionnelle, en remplacement des autres juges dont “le mandat courait encore”, selon le FCC.

Le non-dit, dans cette affaire, c’est que la famille politique de l’ancien chef de l’État tenait à avoir des juges de leur obédience afin de bénéficier des largesses de ces derniers chaque fois que le besoin se ferait sentir. Un comportement qui ne favorise pas la mise en place d’un État de droit.

Olivier Kamo

Advertisement

Edito