Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : seules 8 banques sur 15 ont atteint le niveau du capital minimum réglementaire requis actuellement de 30 millions USD

Avatar of La Rédaction

Published

on

RDC : seules 8 banques sur 15 ont atteint le niveau du capital minimum réglementaire requis actuellement de 30 millions USD

Seules huit banques sur quinze œuvrant en République Démocratique du Congo (RDC) ont atteint le niveau du capital minimum réglementaire requis qui est actuellement fixé à de 30 millions dollars américains (USD).

C’est ce que renseigne le rapport d’assistance technique sur le système financier de la République Démocratique du Congo préparé par une équipe du personnel du Fonds monétaire international.
Un rapport consécutif à une demande de la Banque Centrale du Congo (BCC).

D’après ce document des experts du Fonds monétaire international, trois banques sont actuellement sous-capitalisées avec l’exigence de base de solvabilité à 10 pourcent.

Ce rapport note également que parmi les trois banques sous-capitalisées avec l’exigence de base de solvabilité à 10 pourcent, une est en cours de transformation en une institution de microfinance et des actions correctrices sont entreprises dans les deux autres.

Quatre banques de plus sont sous-capitalisées avec une exigence totale de solvabilité à 12,5 pourcent (ratio de
solvabilité de base + coussin de conservation des fonds propres, fixé à 2,5 pourcent à compter de fin 2021).

Il a également été observé que dans le domaine de la stabilité financière et des politiques macroprudentielles, les
insuffisances législatives seront comblées par le projet de Loi bancaire.

La fonction de stabilité financière de la BCC et un dispositif opérationnel pour les politiques macroprudentielles restent à construire.

La disponibilité et la qualité des données pertinentes seront essentielles : mise en œuvre pour la première fois du reporting des indicateurs de solidité financière (ISF), refonte de la centrale des risques, conception de tableaux de bord.

La position d’un nouveau département autonome en charge de la stabilité financière doit être considérée au regard des bonnes pratiques internationales et il devra bénéficier de technologies informatiques, d’un budget, et des expertises humaines requises pour les activités analytiques d’une fonction de stabilité financière.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement

Edito