Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Thierry Mbulamoko prend officiellement la tête de l’APLC en remplacement de Ghislain Kikangala

Published

on

Consultant indépendant en bonne gouvernance et audit interne, Thierry Mbulamoko a pris officiellement, ce lundi 14 juin 2021, les commandes de l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption (APLC).

Il remplace à ce poste Me Ghislain Kikangala dont la mission s’est achevée 11 mois après le lancement des activités de cette Agence rattachée à la Présidence congolaise.

La cérémonie de remise et reprise a eu lieu en présence de Madame le Directeur de Cabinet Adjoint du Chef de l’État, représentante personnelle du Président de la République.

Au cours cette cérémonie, le Coordonnateur sortant de l’APLC, Ghislain Kikangala, a présenté à son successeur le bilan et les résultats chiffrés et datés de son mandat.

Il a énoncé les statistiques pour la période du mois d’août au 31 décembre 2020, allant des dossiers relatifs aux détournements, incluant le blanchiment des capitaux et financement du terrorisme, aux soupçons de corruption dans le chef de la magistrature, des dossiers de fraudes fiscale ou douanière ou encore des conflits parcellaires…

« Un des plus grands motifs de fierté de l’Agence est sans nul doute notre plan
stratégique national présenté le 9 décembre 2020, à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre la corruption.
A l’instar de toutes les agences anti-corruption dans le monde, l’APLC, malgré les conditions précaires qu’elle rencontre au quotidien, a tenu à rédiger un Plan stratégique national 2020-2030, afin de fixer l’opinion sur sa vision opérationnelle .», a-t-il dit.

Étrangement, malgré la multiplicité des études sur l’état de la corruption en RDC, il n’existait pas, jusqu’à présent, de Plan directeur pour en éradiquer la nuisance.

Par ailleurs, il est l’œuvre exclusive des cerveaux congolais et a reçu un accueil positif au niveau des partenaires internationaux. La plupart d’entre eux se proposaient d’en rédiger un pour nous, mais nous avons jugé que cette tâche nous incombait exclusivement», a noté Me Ghislain Kikangala.

L’ancien patron de l’APLC a également souligné qu’il a réussi à inscire cette Agence à l’IAACA qui regroupe les agences anti-corruption au niveau mondial.

Durant son allocution, Maître Ghislain Kikangala a souligné qu’à dater de ce jour, le Coordonnateur entrant devient le garant de l’indépendance de l’Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption, comme le stipule l’ordonnance portant création, organisation et fonctionnement de celle-ci dans son premier article.

A la fin de son mot de circonstance, le Coordonnateur sortant a souhaité du courage et un fructueux mandat à son successeur.

Aussi, il a évoqué ses perspectives :
« J’aimerais prendre le temps de lire, de transmettre et, pourquoi pas de rêver, rêver à une société plus juste, où celui qui combat la corruption, l’affairisme et le conflit d’intérêts n’est pas le «coupable» et où «les affaires ne sont pas jugées sur les réseaux sociaux, mais par les instances compétentes », soutient Ghislain Kikangala.

Pour sa part, Thierry Mbulamoko Mbombo, deuxième Coordonnateur de l’Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption a tenu à remercier le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi pour la confiance placée en sa personne en le nommant à ce poste.

Il estime que c’est un honneur et une fierté pour le patriote qu’il est que de pouvoir servir le pays, la République Démocratique du Congo et participer à asseoir l’Etat de droit en renforçant l’intégrité.

« Je suis conscient de la lourde responsabilité qui pèse sur mes épaules et qui m’incombe, qui nous incombe à mon équipe et à moi-même », a-t-il affirmé.

Thierry Mbulamoko a rappelé qu’il ne commence pas ce travail « ex nihilo » parce qu’il y a des fondations qui ont été posées par son prédécesseur, Me Kikangala. Il saisit cette occasion pour remercier le Coordonnateur sortant pour le travail abattu durant les 11 premiers mois de l’APLC et lui souhaite le meilleur pour la suite.

Le nouveau Coordonnateur de l’APLC a souligné qu’il s’appuiera sur ses trois adjoints, sur le Comité Technique et sur tous les agents et cadres de l’APLC.

Il se présente comme l’homme du changement de cette nouvelle page qui s’ouvre pour l’Agence de Prévention et de Lutte
contre la Corruption avec de nouvelles méthodes.

Celui qui dirigera la première institution anti-corruption selon le leadership que confère l’ordonnance du 17 mars 2020, n° 20 / 013 Bis, envisage de mettre le curseur sur la participation citoyenne, il a par ailleurs déclaré que « la lutte contre la corruption nécessite la participation citoyenne et active de différentes parties de la société. Une forte volonté politique et un plus haut niveau de leadership étayé sur l’intégrité, doivent être complétés par un réseau bien coordonné des institutions étatiques, le tout couronné par l’engagement énergique des médias et de la société
civile ».

Il conclut son speech en martelant que « c’est ensemble que nous y arriverons ».

L’autre temps fort de la cérémonie fut la signature du procès-verbal de remise et reprise contresigné par Madame le Directeur de Cabinet Adjoint du Chef de l’État congolais.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito