Connect with us

a la une

RDC : vers la réception du nouveau musée national financé à 21 millions USD par KOICA

Published

on

RDC : vers la réception du nouveau musée national financé à 21 millions USD par KOICA    1

C’est un bijou – don du gouvernement coréen via la KOICA – dont le coût total des travaux a coûté 21 millions de dollars. Cette nouvelle bâtisse haut de gamme sera réceptionnée, ce vendredi 14 juin 2019, par la partie rd congolaise. Ce, avant son inauguration officielle qui interviendra en novembre de l’année en cours.

En effet, amorcé il y a trois ans (en juillet 2016) par l’ancien président Joseph Kabila accompagné du ministre de la Culture et des arts de l’époque, Elvis Mutiri Wa Bashara, ce chef d’œuvre – au propre comme au figuré – est le plus grand projet réalisé par l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA) en Afrique centrale.

Pour le management de ce musée, 78 congolais ont été formés à la gestion des musées en Corée. 73 agents de l’Institut des musées nationaux du Congo (IMNC) seront affectés au Musée national de la RDC (MNRDC.) Sur 6 000 m2, ce bâtiment devrait comprendre 12 000 objets, soit 20% de pièces que loge l’Institut national de musée du Congo (INMC) au Mont Ngaliema.

Si le travail accompli ensemble avec ses partenaires congolais est satisfaisant, l’ambassadeur de la République de Corée en RDC, Kim Kiejoo formule son vœu de  voir ce musée jouer son rôle de mettre en valeur l’héritage culturel de la RDC.

« Tout en ayant une histoire unique, nous avons aussi connu la colonisation. Notre héritage culturel le montre bien. Donc ce musée a les mêmes objectifs que nos musées. Le musée va ressortir le potentiel culturel congolais, qui est très important », a-t-il déclaré.

En avant-première de la cérémonie officielle de remise de ce musée à la partie congolaise, l’ambassade de Corée en RDC et la KOICA ont convié un groupe de journalistes à découvrir ce haut fait de la coopération entre Séoul et Kinshasa.

Comme toute œuvre d’art, le MNRDC plait par son contenant comme par son contenu. Ce bâtiment est adapté au climat et à l’environnement. Tout a été construit pour réduire le plus possible la consommation d’énergie, en misant sur le solaire. Il s’agit véritablement d’une maison passive, renseigne le directeur de chantier.

Les œuvres, les objets d’art classifiés par type sont déjà en train d’être placés dans la salle d’exposition temporaire. Il y a notamment des instruments de musique classés selon leurs types. Et dans les salles d’exposition permanente 1 et 2, il s’agit des œuvres qui mettent l’homme face aux défis. Il y a l’homme préhistorique, les différents royaumes et empires qui ont eu droit de cité dans l’espace congolais.

En somme, des objets qui témoignent de l’existence d’une vie organisée, bien avant l’arrivée de l’homme blanc sur le territoire congolais. Comme on peut le deviner, grâce à ce musée, les congolais peuvent avoir des repères pour mieux assimiler leur passé, afin de mieux aborder les défis du futur qu’est le développement durable.

« C’est avec impatience que nous voulons travailler avec nos homologues au niveau du Gouvernement et d’autres institutions, y compris les médias », a insisté Kim Kiejoo souhaitant bonne chance à la nouvelle administration.

En rappel, c’est sur les ruines de l’ex-Tembe na Tembe, à un jet de salive de la cathédrale protestante du centenaire, au cœur de la capitale congolaise, se dresse un joyau architectural. Cette nouvelle bâtisse sera dans peu de temps le réceptacle des pans importants de l’histoire et du patrimoine culturel congolais, depuis l’époque précoloniale.

FA/Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :