Quantcast
Connect with us

a la une

Tosi Mpanu Mpanu : « il faut lever des options pour que le secteur forestier rapporte plus au budget de l’Etat »

Avatar of La Rédaction

Published

on

WhatsApp Image 2019 10 14 at 15.04.52

Une fois bien organisé, le secteur forestier peut bien apporter un appui significatif au budget de l’Etat. C’est le point de vue de Tosi Mpanu Mpanu, expert des questions forestières et négociateur pour le compte de la RDC à la Convention-Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC).

Dans un entretien avec Environews TV, une chaine de télévision spécialisée sur les questions d’environnement et émettant depuis Kinshasa (RDC), Tosi Mpanu Mpanu est longuement revenu sur la contribution du secteur forestier de la RDC au budget national.

A ce sujet, il propose entre autres qu’une réflexion incluant les acteurs clés du domaine forestier soit menée afin de lever des options claires, susceptibles d’aider le pays à tirer profit de ses ressources forestières, tout en préservant ses forêts.

« Il faut qu’on arrête de se promener à travers la planète, voir des véhicules électriques et de beaux meubles dont la matière première provient de la RDC. Entre temps, le pays n’a que 2% ou 3% de la valeur du produit final », a-t-il déploré.

Pour le négociateur sénior à la CCNUCC, la RDC devra engager une discussion stratégique avec les opérateurs économiques œuvrant dans le secteur forestier.

A lui d’ajouter : « il faut rassurer et garantir aux opérateurs forestiers leur sécurité et celle de leurs investissements ainsi que l’assouplissement de la fiscalité, afin de les inciter à mettre en place au pays, des unités de transformation de la matière première.»

Le faire, selon Tosi Mpanu Mpanu, aura pour impact, entre autres, la création d’emplois directs et indirects ainsi qu’une contribution positive au budget de l’Etat.

RDC : il faut lever des options pour que le secteur forestier contribue au budget de l’Etat, Tosi Mpanu Mpanu.

 

« Tous les ingrédients sont là. Il faut juste avoir le courage politique de prendre certaines décisions et de tenir jusqu’au bout », a-t-il fait observer.

Aujourd’hui, estime l’expert, la RDC peut interdire des grumes exportées, exiger une première transformation au pays, ce qui va créer pas mal d’emplois.

Tosi Mpanu Mpanu a également évoqué la question de la levée du moratoire sur les forêts congolaises. Il a émis le vœu de voir s’engager des discussions franches sur la levée du moratoire instauré sur les forêts de la RDC depuis 2002. Pour ce négociateur, les causes pour lesquelles ce moratoire a été instauré ne sont plus les mêmes.

« Il est peut-être temps de revoir ce moratoire, parce qu’enfin de compte ce moratoire ne profite pas à la RDC. Par contre, il freine les investissements, puisqu’on ne peut pas octroyer de nouveaux permis de coupe industrielle. Or le problème dans la déforestation ce n’est pas les industriels du bois », a-t-il précisé.

Et d’insister : « le problème provient de la coupe illégale et artisanale qui se fait par des acteurs peu vertueux. Le problème s’est aujourd’hui déplacé, il faut donc le régler maintenant ».

Olivier KAMO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito