Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique : la RDC figure parmi les huit pays bénéficiaires des activités de la banque kényane NCBA Group

Avatar of La Rédaction

Published

on

images 63

La banque kényane NCBA Group va étendre, par l’entremise de sa plateforme digitale, ses activités dans huit pays africains dont la République Démocratique du Congo.

« NCBA Group s’est associé à une institution financière au Ghana où il attend une licence pour commencer à prêter. Nous sommes en train de développer la technologie qui devrait être prête assez rapidement, et l’idée est de le déployer au milieu de l’année prochaine avec nos partenaires au Ghana. », a expliqué le Directeur général de la banque kenyane.

En effet, le Directeur général du groupe a indiqué que la République Démocratique du Congo et l’Éthiopie figurent parmi les marchés que la banque souhaite pénétrer. Cependant, toujours selon le Directeur général de cette banque, la République Démocratique du Congo caracole aussi dans les petits papiers de CNBA Group, dont les évaluations montrent que ce pays riche en ressources naturelles est « mûr pour les solutions bancaires numériques ».

Par ailleurs, le Directeur général du groupe bancaire kényan a souligné que le coût de cette expansion africaine ne sera pas élevé. « Il s’agira de coûts de licence parce que l’expansion est digitale. C’est une activité de fintech, et les licences sont assez bon marché. », a-t-il déclaré.

En rappel, le groupe bancaire kényan NCBA est issu de la fusion de NIC Group et Commercial Bank of Africa (CBA) en 2019.

NCBA est l’un des pionniers de la banque digitale au Kenya.

Au cours des neuf premiers mois de 2022, le bénéfice du group a atteint 12,8 milliards de shilling, soit 105 millions de dollars, selon Bloomberg Afrique.

En 2012, le group bancaire avait lancé M-Shwari, un produit d’épargne et de prêt, en collaboration avec l’opérateur de téléphonie mobile Safricom.

Le service de mobile Money de safaricom, M-SHWARI, est le premier produit bancaire qui se base sur des informations numériques (en l’occurrence les données de télécommunications) des clients pauvres et non bancarisés pour établir et ajuster les limites de crédit.

Flory Musiswa/Stagiaire

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV