Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique: la Tunisie a déjà enregistré près de 8000 étudiants étrangers et plusieurs milliers de stagiaires

Published

on

A ce jour, la Tunisie a déjà enregistré près de 8000 étudiants étrangers et plusieurs milliers de stagiaires.

Ces statistiques ont été livrées par l’Ambassadeur de Tunisie en RDC, Adel Bouzekri Rmili. C’était à l’ouverture de la deuxième édition du Salon des Universités et des Centres de Formation Professionnelle Tunisiens Privés en RDC, ce lundi 6 septembre 2021 au Fleuve Hôtel de Kinshasa.

Une vingtaine d’universités et centres de formation tunisiens sont à la recherche de potentiels étudiants jusqu’au 8 septembre prochain.

D’après Adel Bouzekri Rmili, la Tunisie accueille au total des étudiants de 25 nationalités africaines dont la plupart sont originaires de la RDC, du Tchad, du Mali, du Niger, du Bénin, de Côte d’Ivoire, du Cameroun et du Sénégal.

La Tunisie, a-t-il dit, projette également de tripler le nombre d’étudiants africains au regard de sa nouvelle orientation tournée résolument vers le Continent dans les divers secteurs d’activité.

Le système d’enseignement supérieur tunisien, qui connait une grande vitalité, compte aujourd’hui 13 universités et 203 établissements d’Enseignement Supérieur et de Recherche dont 6 facultés de médecine, 9 écoles de formation paramédicale et 25 Instituts Supérieurs d’Etudes Technologiques (ISET).

Parmi les filières les plus prisées en Tunisie, on trouve la médecine, les Nouvelles Technologies de l’Information, le Numérique, l’Expertise comptable, le Management, les Lettres et les Langues, ainsi que les Écoles d’ingénieurs et d’agronomie.

Les étudiants sont motivés par les moyens techniques comme les laboratoires et les filières qui existent en Tunisie, notamment dans les filières géologie ou pétrochimie.

Conditions pour étudier en Tunisie

Il est à indiquer que les ressortissants des pays avec qui la Tunisie a conclu un Accord de libre circulation sont exonérés de visa (11 pays d’Afrique subsaharienne concernés sauf la RDC).

Pour les autres, une simple preuve d’inscription universitaire permet d’obtenir depuis le pays d’origine, un visa d’un à trois mois ou un visa court séjour à l’arrivée à l’aéroport.

La demande de carte de séjour au motif des études s’obtient ensuite auprès du poste de police local.

Le dépôt de la demande requiert de fournir : une attestation d’inscription universitaire, une attestation de présence, un contrat de bail et une attestation de solvabilité.

Il est vrai que le secteur de la formation professionnelle en Tunisie constitue un levier non négligeable pour le développement de l’économie en général, car il travaille en complément avec les secteurs de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de l’emploi en vue de l’ouverture des étudiants sur le monde du travail et des entreprises.

Le nombre des jeunes africains inscrits dans les centres publics tunisiens de la formation professionnelle s’élève à près de 800 et plus de 3000 dans les centres privés.

Le nombre actuel des diplômés de la formation professionnelle est estimé à 30 000 par an.

Pendant ce temps, le nombre total des centres de formation professionnelle s’élève à 400 (200 publics et 200 privés pour une population de 11 millions d’habitants).

Parmi les secteurs phares de la formation professionnelle, on peut citer le tourisme, la santé, la mécanique auto, le transport, le bâtiment, l’électronique, le textile ou la formation habillement, les télécommunications et le multimédia, audiovisuel, industrie alimentaire, bijouterie, les techniques appliquées en cuir, bonneterie, décoration, la photographie, l’infographie, et la mode.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito