Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique : L’Union européenne octroie 2 millions d’euros pour subventionner l’amélioration du transport fluvial

Published

on

L’Union européenne (UE) et la Commission internationale du bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS) ont signé un accord de subvention de 2 millions d’euros, le lundi 19 avril 2021, relatif à l’amélioration des infrastructures de transport fluvial de la sous région Afrique australe.

L’UE y était représentée par l’ordonnateur national délégué du Fonds européen du développement (FED), Alexis Thambwe Mwamba, et la secrétaire générale de la Commission internationale du bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS), Judith Enaw, née Efundem Agbor.

Le financement de l’UE s’inscrit dans le cadre du 11ème FED du Programme d’appui à la gouvernance des infrastructures régionales et nationales en Afrique centrale (PAGIRN).

Etendu sur une période d’exécution de trois ans, le projet vise à accompagner les Etats membres de la CICOS afin « qu’ils puissent faire face aux entraves à la navigation, ainsi qu’à la pollution actuelle des voies d’eau dans le bassin du Congo ».

Parmi les résultats directs attendus, l’on note la mise en place des guichets uniques pilotes au niveau de trois ports (en République Démocratique du Congo, République Centrafricaine et Angola) ; la construction des unités fluviales pilotes en bois (baleinières) selon les normes de sécurité ; l’opérationnalisation de l’Observatoire des barrières non physiques et du Système commun de radiocommunication sur les voies d’eau intérieures des pays membres.

Autres résultats attendus, c’est l’amélioration de la sécurité de la navigation dans les bassins du Congo et de l’Ogooué ; la mise en application des règlements communs de la CICOS en matière de transport par des voies d’eau intérieures dans les Etats membres ; et l’élaboration des règlements communs relatifs à la gestion des déchets issus des unités fluviales et des plateformes portuaires dans les Etats membres de la CICOS.

Une fois mis en oeuvre, il devrait en découler très rapidement une plus grande fluidité du trafic fluvial soumis aux mêmes règles dans toute la zone CICOS, permettant ainsi la réduction des accidents et incidents, des déchets, ainsi que l’augmentation de la flotte selon les normes.

Mieux, ce projet devrait contribuer à la diminution des délais de transports et des coûts.

A plus long terme, la diminution de la pollution fluviale participera à la réduction de la fréquence des arrêts des centrales hydroélectriques, des arrêts souvent opérés pour l’élimination des déchets dans les turbines.

Olivier Kamo

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito