Quantcast
Connect with us

a la une

Angola: Selon une décision de la justice néerlandaise, les parts d’Isabel Dos Santos dans Galp doivent revenir à l’Etat

Published

on

Saisi par l’Etat angolais en février dernier, un tribunal néerlandais a prononcé, le 27 juillet 2021, sa décision selon laquelle les 6% de participation indirecte d’Exem auprès du producteur public portugais d’hydrocarbures (Galp) doivent être remis à l’Angola.

Selon les Luanda Leaks, les 6 % ont été acquis en 2006 pour 99 millions de dollars avec l’argent de Sonangol.

Aujourd’hui, ils valent plus de 500 millions de dollars.

La saisine du tribunal néerlandais se justifie par le fait que Exem est une société de droit néerlandais.

Le propriétaire de l’entreprise en question se trouve être le feu Sindika Dokolo (décédé il y a quelques mois), époux d’Isabel Dos Santos, fille de l’ancien Président angolais, José Eduardo Dos Santos.

La démarche de l’Angola s’inscrit dans le souci de chercher à augmenter ses revenus alors que la crise provoquée par pandémie de Covid-19 pèse sur ses finances et contrecarre ses tentatives de modernisation des infrastructures pétrolières vieillissantes.

Dans cette optique, la famille de l’ancien Président Dos Santos se retrouve dans la ligne de mire des tentatives de Luanda pour récupérer des ressources.

A en croire les termes de la décision de justice néerlandaise, « cette acquisition a été « entachée d’illégalité, permettant à Madame Isabel dos Santos d’engranger un gain financier extraordinaire au détriment de Sonangol et, par conséquent, de l’Etat angolais ».

Les spécialistes indiquent que si techniquement, Isabel Dos Santos est l’héritière directe des actifs d’Exem, la fille de l’ex Président angolais nie tout lien direct avec le holding.

Isabel Dos Santos nie également avoir commis des actes répréhensibles.

La fille d’Eduardo Dos Santos pense qu’elle fait simplement l’objet d’une chasse aux sorcières politiques de la part des nouveaux dirigeants angolais. Exem, pour sa part, a affirmé qu’elle ferait appel de cette décision de justice néerlandaise.

Olivier KAFORO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito