Quantcast
Connect with us

a la une

DRC-Africa Business Forum: Nicolas Kazadi fait le point sur les « Impacts macroéconomiques et fiscaux d’une industrie à batteries en RDC »

Published

on

La RDC, en sa qualité de meilleure destination énergétique, compte implanter une usine de fabrication des batteries pour véhicules électriques. Un projet très ambitieux qui aura certes de grandes retombées dans l’économie de ce pays qui regorge de trois minerais utilisés dans ce secteur de batteries, notamment le Cobalt, le Manganèse et le Nickel.

Ministre des Finances de la République Démocratique du Congo (RDC), Nicolas Kazadi a expliqué suffisamment les implications de cette usine dans le pays. C’était le mercredi 24 novembre 2021 à l’occasion de l’ouverture de DRC-Africa Business Forum au Palais du Peuple à Kinshasa.

D’après le Ministre des Finances de la RDC, pour un modèle de production intégrée reposant sur un besoin de 100 000 tonnes de précurseurs, il faut un chiffre d’affaires de 32 millions USD.

La nouvelle industrie de batteries électriques en RDC, soutient-il, aura plusieurs impacts positifs et va contribuer à accélérer la croissance économique, diversifier l’économie, augmenter les recettes publiques, réduire la pauvreté et enfin accélérer l’intégration régionale africaine dans le cadre de ZLECAF.

Concernant l’impact sur la croissance, Nicolas Kazadi explique qu’il y aura accélération et diversification de la croissance. Il a évoqué également la transformation structurelle de l’économie.

Quant à l’impact sur le commerce, le Ministre des Finances est d’avis que ceci devra engendrer la réduction de la vulnérabilité extérieure du pays. Et aussi, un accroissement de la part de la RDC dans la chaîne de valeurs mondiale et régionale. Enfin, intégration intra-régionale et changement dans la structure de partenariats commerciaux.

Du point de vue fiscal, Nicolas Kazadi pense que le pays fera face à une augmentation de recettes fiscales et non fiscales de 15%.

En ce qui concerne l’impact sur l’emploi et la pauvreté, il a relevé qu’une fois cette usine implantée, il est attendu la création de 850 emplois directs; diminution du taux de pauvreté et du nombre de pauvres.

Pour la réussite de ce projet si ambitieux, il faut, estime l’argentier congolais, une mise en place de réformes. Trois principales réformes méritent d’être mentionnées.

D’abord, la RDC est sur la trajectoire de transformation structurelle et de transition énergétique pour créer un État prospère.

Ensuite, de réformes ambitieuses doivent être menées pour améliorer l’attractivité du pays, diversifier l’économie et créer les conditions d’une croissance économique inclusive.

Pour y arriver, il faut libéraliser les secteurs économiques clés (énergie, eau, mines); améliorer le climat des affaires, la gouvernance et la transparence ; et rationaliser le système fiscal.

Enfin, il faut des perspectives meilleures (conclusion d’un nouveau programme avec le FMI; revue à la hausse de notations souveraines du pays par les agences Moody’s et Standard’s Poor).

Nicolas Kazadi est plus que convaincu que ce projet est d’un grand apport pour la RDC.

Soulignons que l’un des temps forts de la première journée était la signature des engagements en vue du développement d’une industrie des minéraux de batteries en RDC.

Cette séance était présidée par le Chef de l’exécutif, Jean-Michel Sama Lukonde.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito