Quantcast
Connect with us

a la une

Monde : les espèces de la planète ont chuté de 60% !

Published

on

Le nouveau Rapport Planète vivante du Fonds mondial pour la nature (WWF) indique que les espèces de la planète ont chuté de 60%. L’édition biennale 2018 publiée ce 29 octobre dresse un portrait sombre des effets néfastes des activités humaines sur les espèces animales, les forêts, les océans, les rivières et le climat.

En effet, ce rapport souligne l’urgence d’agir et la nécessité d’adopter, dès maintenant, de nouvelles approches à grande échelle afin de valoriser, de protéger et de restaurer la nature.

D’après des experts, le déclin mondial des espèces est provoqué par le rétrécissement des habitats, lequel est causé par l’agriculture et la surexploitation des espèces. Aussi, pensent – ils, que la nature n’est pas qu’un simple décor.

« Elle nous approvisionne en eau, nourriture, médicaments et nous rend des services aussi précieux qu’irremplaçables. Les services de la nature sont estimés à environ 125 000 milliards de dollars américains par an. Mais aujourd’hui, la stabilité des systèmes planétaires est mise en péril », alerte le Rapport.

Le monde vit actuellement un phénomène inédit, à savoir : la Grande Accélération. Il s’agit de l’explosion démographique et la croissance économique qui entraînent des changements planétaires sans précédent en raison de la demande accrue en énergie, en terres et en eau. Or, sans la nature, personne ne sait si l’espèce humaine pourra continuer à prospérer.

Le Rapport Planète vivante 2018 fait un bilan exhaustif de l’état actuel de notre environnement, 20 ans après la première édition de cette publication phare.

Grâce à de multiples indicateurs – tels que l’indice planète vivante (IPV) fourni par la Société zoologique de Londres (ZSL), l’indice habitat des espèces, l’indice liste rouge de l’UICN et l’indice d’intégrité de la biodiversité –  et en tenant compte de l’empreinte écologique et des limites de notre planète, ce rapport dresse un portrait inquiétant : les activités humaines sont en train de pousser les écosystèmes qui maintiennent la vie des espèces au bord du gouffre.

Qu’est-ce qui provoque ce déclin mondial des espèces?

Le rétrécissement des habitats, causé par l’agriculture et la surexploitation des espèces, reste la plus grande menace à la biodiversité et aux écosystèmes mondiaux. Ce danger est particulièrement évident dans les régions tropicales, où le déclin des espèces est encore plus important.

À peine un quart des terres de la planète échappe aux répercussions des activités humaines, et on prévoit que d’ici 2050, cette proportion chutera à un dixième seulement.

Pour rappel, le Rapport Planète Vivante, publié tous les deux ans est au cœur du travail du WWF. S’appuyant notamment sur l’Indice Planète Vivante (IPV) qui mesure la biodiversité en collectant les données recueillies sur les populations de différentes espèces de vertébrés et en calculant la variation moyenne de l’abondance au fil du temps, ce rapport tire malheureusement, à chaque année de parution, la sonnette d’alarme.

Il rappelle, outre la gravité de la situation, les solutions à portée de main pour commencer à y remédier.

Nadine FULA | Zoom Eco

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito