Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: 16 jours d’activisme contre la VBG, Jeanine Mabunda plaide pour un soutien sensible à la femme rurale

Avatar of La Rédaction

Published

on

16 jours dactivisme contre la VBG Jeanine Mabunda plaide pour un soutien sensible a la femme rurale

Le média en ligne Actualite.cd en collaboration avec Internews a organisé, le jeudi 25 novembre 2021, le lancement de la campagne « 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre ».

Selon le Directeur général d’Actualite.cd, Patient Ligodi, il s’agit d’un événement international annuel qui débute le 25 novembre, date de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et se poursuit jusqu’au 10 décembre, date de commémoration de la Journée des droits humains.

En effet, l’objectif de cet engagement s’inscrit pleinement dans la campagne « Tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes d’ici 2030 » pilotée par le Secrétaire général des Nations-Unies qui appelle la communauté internationale à agir pour accroître la prise de conscience, renforcer les efforts de sensibilisation et partager les connaissances et les innovations.

Ce lancement a été marqué par un débat à l’hôtel Sultani à Kinshasa autour du thème : « Réduction de la violence basée sur le genre en RDC, progrès et défis. »

L’ancienne présidente de l’Assemblée nationale et ancienne conseillère spéciale du Chef de l’État en matière de lutte contre les violences sexuelles, Jeanine Mabunda, la députée nationale Christelle Vuanga ainsi que l’activiste Emmanuela Zandi y ont pris part.

Pour Jeanine Mabunda qui est revenue sur sa compréhension et sa vision sur le sujet, en questionnant la loi et en évaluant les progrès réalisés ainsi que les défis à surmonter, la République Démocratique du Congo a réalisé des progrès certains par rapport aux années antérieures.

« Les ONGs ont travaillé avec les différentes parties prenantes et cela a permis une progression, mais cette dernière ne suffise pas car la taille du Congo, avec les conflits à l’Est du pays font que les questions des violences basées sur le genre et les questions basées sur les violences sexuelles restent quand même un défi », dit-elle.

Face à ce défi, Jeanine Mabunda pense qu’il faut une loi qui permettra d’établir des sanctions contre le violeur.

Un autre défi, estime-t-elle, est celui de penser à la femme rurale isolée, enclavée et qui n’a pas de moyens technique ou technologique pour aller dans un bureau de justice ou médical pour avoir de l’aide.

A cet effet, Jeanine Mabunda propose que « la RDC apporte un soutien financier sensible en faveur de ces victimes ».

Rappelons qu’en RDC, les violences et des discriminations multiples se poursuivent.

Au mois de septembre 2021, 77 victimes de violences sexuelles liées aux conflits ont été documentées.

Selon l’ONU, ces statistiques sont en augmentation par rapport aux deux mois précédents.

Agnès KAYEMBE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito