Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : ANSER vise à offrir de l’électricité à 15 millions de personnes soit 2,5 millions de ménages à horizon 2023

Published

on

L’Agence Nationale d’Électrification et des Services Energétiques en milieux rural et périurbain (ANSER), ambitionne d’offrir de l’électricité à 15 millions de congolais répartis dans plus de 2,5 millions ménages sur l’ensemble du territoire national.

Dans cette perspective, ANSER vise notamment à travers l’électrification des zones rurales et périurbaines l’amélioration des conditions de vie de la population congolaise qui vit dans ces milieux mentionnés.

Cette volonté de ANSER est justifiée pour l’organisation de deux jours de réflexion sur la question de la qualification et la délimitation du périmètre périurbain.

« L’électrification doit avoir comme finalité, la transformation ou/et l’amélioration des conditions de vie de la population. Donc il est très important que ce ménage électrifié utilise cette électricité comme source génératrice des revenus. Tant qu’on n’a pas rencontré ce critère, nous pouvons dire qu’il a un accès partiel aux services d’électricité. Autour de cette définition que l’ANSER va construire sa stratégie nationale d’électrification en milieux rural et périurbain en tenant compte de l’aspect de l’usage productif de cette électricité », a dit Soraya Aziz Souleymane, la chargée de communication et de partenariat de l’Agence Nationale d’Électrification et des Services énergétiques en milieux rural et périurbain.

D’après elle, la vision de ANSER est d’électrifier 30% de la population congolaise mais spécifiquement celle qui est basée dans les milieux ruraux et périurbains.

« Nous visons à atteindre une couverture totale de 30% d’ici 2023. Dans ces 30%, à peu près 15 millions de congolais qui bénéficieront de l’électricité viendront des milieux ruraux et périurbains », a-t -elle ajouté.

S’agissant du taux d’électrification des milieux ruraux et périurbains de la République Démocratique du Congo, Soraya Souleymane a indiqué que ce taux se situe autour de 1%.

Le but ultime poursuivi en organisant ces deux journées de réflexion est d’affiner des stratégies par rapport au Plan national d’électrification de la République Démocratique du Congo qui est actuellement en cours de rédaction.

En ayant une idée claire sur le périmètre qui est le nôtre et en ayant une idée claire sur le minimum que nous pourrons, en ce moment là, établir un plan plus affiné.

Elle promet par ailleurs que d’ici la fin de cette année, le pays aura son Plan d’électrification des milieux ruraux et périurbains.

Les défis de l’accessibilité à l’électricité en Afrique comme en République Démocratique du Congo reste un problème sérieux qui nécessite beaucoup d’implication du pouvoir public.

Bien que considérées comme milieux urbains, plusieurs villes de la République Démocratique du et même la capitale congolaise vivent dans le noir. Ce qui influe sur l’activité économique et justifie parfois la montée en puissance du banditisme urbain.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito