Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: après les cantines militaires, le Service National se lance dans la vente publique de son maïs au même prix de 18 000 CDF pour un sac de 25 kg

Published

on

Il n’y a pas que les militaires et policiers qui bénéficieront de l’achat d’un sac de maïs  de 25 kg à 18 000 CDF dans les années cantines installées dans leurs casernes par les soins du Service National.

Depuis le mardi 5 octobre 2021, le Service National a en effet lancé la vente publique de son maïs  produit à partir des champs de Kaniama Kasese au Marché de la Liberté à Kinshasa. Ce, au même prix que dans les cantines militaires.

« Sur instruction du Président de la République, Commandant suprême des Armées et de la Police Nationale, il nous a été demandé de faire bénéficier à la population toute entière de la production des champs de Kaniama Kasese », a déclaré le Commandant du Service National, Jean-Pierre Kasongo Kabwik, au moment du lancement des cantines populaires à Kinshasa par le Marché de la Liberté.

D’après le Commandant Jean-Pierre Kasongo Kabwik, les cantines populaires vont s’étendre à travers le territoire national.

« Je disais pour aujourd’hui, c’est la ville province de Kinshasa, demain, je vous annonce déjà que dans la ville de Mbuji-Mayi la vente va devoir commencer car il y a plusieurs tonnes de maïs  », a-t-il dit.

Le Commandant du Service National, Jean-Pierre Kabwik, fournit des détails de son plan commercial en ces termes : « le week-end on lance la vente à Mwene Ditu et la semaine prochaine, on le fait simultanément à Kananga, Kaniama et à Kamina avant de passer dans la partie Sud du pays ».

Quant à savoir si la quantité disponible correspondrait à la demande dans la ville de Kinshasa avec plus de 10 millions d’habitants, le Commandant du Service National rassure.

« La question n’est pas celle liée à la quantité mais le Commandant suprême a voulu démontrer sa volonté car il voulait que le Service National contribue à l’autosuffisance alimentaire », a-t-il souligné tout en indiquant que la plus grande partie de Kinshasa sera servie.

Si le Service National met à la disposition de la population un sac de maïs  de 25 kg à 18 000 CDF (environ 9 USD), par contre sur le marché local, il faut débourser l’équivalent de 20 USD pour obtenir le même sac de maïs  de 25 kg.

Faut-il penser à un acte qui frise la concurrence déloyale de la part du Service National ? Que non, rétorque le Commandant Jean-Pierre Kasongo Kabwik.

« Je ne pense pas que ça soit une concurrence déloyale. Je me demande : les autres mettent les prix plus élevés, c’est sur base de quoi? N’est-ce pas eux qui extorquent la population ? S’est-il interrogé.

Rappelons que l’année dernière, plus de 5000 tonnes de maïs  ont été produites par le Service National.

Depuis un temps, cette branche agricole des Forces Armées de la RDC bénéficie de la contribution des jeunes jadis « bandits de grands chemins » communément appelés « Kulunas » à Kinshasa. Ceux-ci sont en pleine rééducation à travers plusieurs programmes dont les travaux champêtres à Kaniama Kasese.

Patrick BOMBOKA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito