Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Avec une meilleure gouvernance, des bénéfices considérables pourraient être tirés grâce à la transition énergétique (rapport)

Avatar of La Rédaction

Published

on

RDC Avec une meilleure gouvernance des bénéfices considérables pourraient être tirés grâce à la transition énergétique rapport scaled

D’énormes profits pourraient être tirés par la République Démocratique du Congo (RDC) dans le cadre de la transition énergétique si et seulement si le pays faisait preuve de la bonne gouvernance. C’est ce que révèle un rapport publié le 25 mars 2022 par Natural Ressource Governance Institute (NRGI), intitulé « Tirer profit du cobalt en République Démocratique du Congo dans le cadre de la transition énergétique exige une meilleure gouvernance ».

Selon le rapport, la République Démocratique du Congo (RDC) et d’autres pays riches en minéraux critiques pourraient tirer des bénéfices considérables des opportunités que présente la transition énergétique et jouer un rôle important dans son accélération.

Pour ce faire, le rapport indique qu’il est nécessaire de « renforcer la gouvernance des secteurs extractifs » de ces pays dans les meilleurs délais.

A en croire les chercheurs de NRGI, la RDC s’est placée dans une position unique, mais limitée dans le temps. Ainsi, notent-ils, le cobalt, dont elle possède les plus grands gisements au monde, est un élément essentiel pour la production des batteries des véhicules électriques.

La demande de ces batteries, affirme le rapport, augmente au rythme de la demande accrue des véhicules électriques, mais ne durera que le temps de la transition énergétique, voire moins si la mauvaise gouvernance du cobalt incite les producteurs de véhicules électriques à réduire leur dépendance vis-àvis de ce métal.

Réformes, condition sine qua non

« Dans le cadre de la transition énergétique, la RDC n’a plus beaucoup de temps pour maximiser ses revenus potentiels du cobalt et attirer les nécessaires investissements supplémentaires. Accélérer les réformes en matière de gouvernance depuis l’attribution des licences jusqu’à la gestion des revenus et des impacts environnementaux et sociaux en est une condition essentielle », a déclaré Hervé Lado, le responsable régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (francophone) de NRGI.

NRGI soutient dans son rapport, que depuis 2002, le pays s’est engagé dans d’importantes réformes du secteur extractif dans le but de tirer pleinement profit de ses ressources naturelles. Et les politiques minières déjà en place, poursuit-il, fournissent un cadre pour assurer la bonne gouvernance de l’exploitation du cobalt. Il note également que le Gouvernement de la RDC pourrait « valoriser ces cadres juridiques existants en veillant à leur mise en œuvre effective, notamment en matière d’octroi de licences, de fiscalité et de lutte contre la corruption ».

Batteries électriques, élément majeur

De plus, le rapport souligne que les Gouvernements et leurs conseillers dans les pays miniers, tels que la RDC, pourraient soutenir leurs entreprises à renforcer leur présence dans la chaîne d’approvisionnement en batteries électriques.

Le rapport met également l’accent sur l’importance de prendre en compte les répercussions environnementales et sociales qu’entraine l’exploitation minière.

Etant donné que certaines des plus grandes sources de cobalt de la RDC se trouvent dans des zones sensibles, avec le risque d’accentuer la déforestation, le rapport souligne l’importance d’assurer la protection de l’environnement et du respect des droits humains, en particulier dans l’exploitation minière artisanale.

Pour Roger Vutsoro, manager de NRGI pour la RDC, « le Gouvernement de la RDC doit s’assurer que les populations subissent de moins en moins les effets négatifs de l’extraction du cobalt, y compris en retirant les enfants et les femmes des mines, et surtout qu’elles en bénéficient de manière conséquente. En outre, les impacts sur l’environnement, notamment les forêts, doivent être davantage maitrisées et minimisés ».

Carbone net zéro

Le rapport rappelle par ailleurs qu’il reste 28 ans à la planète pour atteindre l’objectif carbone net zéro en accomplissant la transition vers des énergies propres.

Au regard des longs délais de développement des projets miniers et des processus législatifs, les experts estiment que cette période n’est pas longue.

Si la RDC et ses voisins demeurent trop risqués pour y investir, pensent-ils, les puissantes chaînes d’approvisionnement mondiales trouveront le moyen de s’affranchir du cobalt, comme déjà observé et comme cela a été le cas pour plusieurs minéraux critiques par le passé.

Dans cette optique, le nouveau rapport de NRGI propose des actions concrètes pour apporter des changements nécessaires à la bonne gestion du cobalt.

Olivier KAFORO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV