Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: chiffré à 20 730,1 milliards de CDF en 2022, le budget de la RDC a doublé en 4 ans soit un taux d’accroissement de 103,7%

Avatar of La Rédaction

Published

on

RDC : 3,5 milliards CDF empruntés le 15 septembre à travers les Bons du Trésor sur le marché intérieur

Le budget de la République Démocratique du Congo (RDC) est passé de 10 352,3 milliards de Francs congolais (CDF) soit près de cinq (5) milliards de dollars en 2019 à 20 730,1 milliards CDF en 2022 (9,9 milliards USD).

Ce budget a non seulement doublé, mais il a également enregistré un taux d’accroissement de 103,7% au cours de ces quatres dernières années.

Il faut noter que la croissance enregistrée au cours de cette période traduit une amélioration du cadre macro-économique de la République Démocratique du Congo en dépit des effets négatifs de la pandémie de Covid-19 qui pèsent sur la production minière. Celle-ci constituant la part la plus importante des recettes de l’État congolais.

Le budget du pouvoir central de l’exercice 2022 est présenté en équilibre, en recettes et en dépenses, à 20 730,1 milliards de CDF (9,9 milliards USD), soit un taux d’accroissement de 41,8% par rapport à la Loi de l’exercice 2021 chiffrée à 14 620,5 milliards de Francs congolais.

Les recettes de l’ordre de 20 730,1 milliards de CDF sont constituées des recettes du budget général de 19 070,3 milliards de CDF, des recettes des budgets annexes de 409,9 milliards de CDF et des recettes des Comptes Spéciaux de 1 249,8 milliards de CDF.

Les recettes du budget général comprennent les recettes internes de l’ordre de 13 417,9 milliards de CDF et les recettes extérieures projetées à 5 652,4 milliards de CDF, représentant respectivement 70,4% et 29,6% du budget général.

Les dépenses projetées pour l’exercice 2022 se chiffrent à 20 730,1 milliards de CDF contre 14 620,5 milliards de CDF de la Loi de l’exercice 2021, soit un taux d’accroissement de 41,8%.

Elles sont réparties en budget général, budgets annexes et comptes spéciaux, en équilibre avec les recettes correspondantes.

Les dépenses du budget général sont ventilées, selon leur nature économique, de la manière suivante :

• Dette publique en capital : 955,8 milliards de CDF contre 645,0 milliards de CDF représentant 5,0% des dépenses du budget général et un taux d’accroissement de 48,2% par rapport à son niveau de 2021. Ce montant servira au remboursement de la dette intérieure et du principal de la dette extérieure ;

• Frais financiers : 261,4 milliards de CDF, représentant 1,4% des dépenses du
budget général et une régression de 3,1% par rapport à leur niveau de 2021 chiffré à 269,7 milliards de CDF. Ils sont destinés essentiellement au paiement des intérêts sur la dette extérieure et de la créance titrisée de la Banque Centrale du Congo ;

• Dépenses de personnel : évaluées à 5 984,7 milliards de CDF, elles représentent 31,4% du budget général, soit un accroissement de 13,0% par rapport à leur niveau de 2021 de 5 294,6 milliards de CDF.

Le Gouvernement entend asseoir une politique salariale axée sur la rationalisation des rémunérations, afin d’améliorer les conditions sociales des agents et fonctionnaires de l’Etat.

• Biens et matériels : 261,5 milliards de CDF, soit 1,4% des dépenses du budget général, avec un accroissement de 15,0% par rapport à leur niveau de 2021 situé à 227,4 milliards de CDF.

Ces dépenses se rapportent au fonctionnement courant des services, y compris celui des écoles et bureaux gestionnaires dans le cadre de la gratuité de l’enseignement de base.

• Dépenses de prestations : 791,5 milliards de CDF, soit 4,2% des dépenses du budget général, avec un accroissement de 42,0% par rapport à leur niveau de 2021 situé à 557,3 milliards de CDF. Elles se rapportent aux charges liées au fonctionnement courant des services.

• Transferts et interventions de l’Etat : 3 633,7 milliards de CDF, soit 19,1% des dépenses du budget général et un accroissement de 58,7% par rapport à leur niveau de 2021 de l’ordre de 2 289,9 milliards de CDF.

Ces dépenses contiennent notamment les interventions de l’Etat en faveur de certains services et permettront d’assurer le fonctionnement des Provinces, des Administrations financières et de l’Inspection Générale des Finances.

Elles renferment également la quote-part patronale pour la Caisse Nationale de Sécurité sociale des agents publics de l’Etat.

• Équipements : 4 097,0 milliards de CDF, soit 21,5% des dépenses du Budget général et un accroissement de 34,2% par rapport à leur niveau de l’exercice 2021 évalué à 3 052,0 milliards de CDF.

• Construction, réfection, réhabilitation, addition d’ouvrage et d’édifice, acquisition immobilière : 3 084,6 milliards de CDF, soit 16,2% des dépenses du Budget général et un accroissement de 153,0% par rapport à leur niveau de l’exercice 2021 chiffré à 1 219,3 milliards de CDF.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito