Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: CORAF tient une Conférence internationale sur l’intégration des pays d’Afrique centrale à Kinshasa

Published

on

Le Conseil Ouest et Centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF) a procédé, ce lundi 22 novembre2021, à Kinshasa, à l’ouverture de la Conférence internationale sur l’intégration des pays d’Afrique centrale.

Cette conférence de cinq jours, soit du lundi 22 au vendredi 29 novembre 2021, est focalisée sur la création d’une alliance pour une agriculture intelligente face au climat en Afrique centrale.

L’objectif principal de ces assises est de permettre aux acteurs régionaux d’enrichir le plan régional pour favoriser les activités du CORAF dans la région de l’Afrique centrale et de se l’approprier.

En effet, cette Conférence réunit plusieurs participants régionaux qui examineront les opportunités pour renforcer la coopération scientifique entre les États d’Afrique centrale, les institutions gouvernementales régionales, les partenaires au développement, les organisations paysannes et le CORAF.

Il sera principalement question de passer en revue et valider une nouvelle stratégie pour faciliter l’intégration des États d’Afrique centrale et des Communautés économiques régionales dans les activités du CORAF.

L’activité est soutenue par le Gouvernement à travers le Ministère de la recherche scientifique et innovation technologique.

« Aujourd’hui, plus que jamais, notre pays, comme d’ailleurs la plupart des pays de la sous-région de l’Afrique centrale, fait face à une série de défis sans précédent par leur ampleur et complexité : l’insécurité alimentaire, la malnutrition, le changement climatique, la pauvreté rurale, la dégradation de l’environnement, l’érosion de la biodiversité, la volatilité des prix des produits agricoles et la fameuse pandémie de Covid-19. L’agriculture est le secteur le plus grand employeur et aussi le pourvoyeur le plus important des services à la population. Cependant, bien que la plus grande majorité de la population soit engagée dans la production agricole, la productivité agricole de la plupart des spéculations agricoles (végétales et animales) a stagné ces dernières décennies. Il était donc temps d’intervenir en vue de inverser la tendance actuelle par la transformation de l’agriculture en y apportant des innovations que seule la recherche peut amener », a souligné la représentante du Ministre de la recherche scientifique et innovation technologique, la Sr Ndandu Mayamba.

Le Ministère de la recherche scientifique reste convaincu que les débats et concertations lors de ces assises vont épingler les problèmes réels auxquels font face nos pays pour réaliser le développement du secteur agricole, et formuler les recommandations utiles pour le renforcement de la recherche agricole dans la sous-région.

Pour sa part, la Présidente du Conseil d’administration du CORAF, Angel Moreno, a signifié que « le CORAF poursuit les objectifs d’une croissance accélérée et durable de l’économie agricole avec l’appui des systèmes de recherche et du développement de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Le CORAF cherche à générer des innovations technologiques qui conduisent à une amélioration substantielle de la productivité, de la compétitivité et de l’accès aux marchés pour les auteurs privés des chaînes de valeur agro-sylvo-pastorales et halieutiques.

Les dirigeants du CORAF ont reconnu qu’au cours de ces dernières décennies, les impacts de ces efforts ont été concentrés sur l’Afrique de l’Ouest que sur l’Afrique centrale bien que ces deux régions soient d’importance égale lorsqu’il s’agit de cibler les bénéficiaires.

« Le différentiel des opportunités de financement offertes par les partenaires au développement est sans aucun doute l’une des principales causes du déséquilibre des interventions du CORAF en Afrique centrale par rapport à l’Afrique de l’Ouest », a-t-elle affirmé.

Pour le Directeur général de l’Institut national d’étude et de recherche agronomiques (INERA), Kankolongo Mbuya, cet atelier est d’une grande importance dans l’histoire de la recherche agricole de la RDC, et plus particulièrement celle de l’INERA du « fait que grâce à CORAF, nous avons connu dans le passé de nombreuses réalisations, notamment telles que la promotion des technologies de banane et beaucoup d’informations scientifiques », a-t-il indiqué.

Il sied de souligner que la RDC se dit prête à accueillir le siège de CORAF pour l’Afrique centrale.

AGNÈS KAYEMBE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito