Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Les deux motivations du renouvellement du mandat de la MONUSCO !

Published

on

La menace croissante des violences à travers le pays et la nécessité de soutenir la création d’un climat propice à la tenue des élections crédibles en RDC semblent être les deux principales motivations du Secrétaire général des Nations unies. Antonio Guteres vient de solliciter le renouvellement du mandat de la MONUSCO mercredi 15 Mars à l’occasion de la présentation de son rapport sur la situation en RDC devant les membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Pour le Secrétaire Général des Nations unies, le principal objectif stratégique de la Mission pour les 12 à 18 mois à venir sera d’aider à créer un climat propice à la tenue opportune d’élections pacifiques, inclusives et crédibles, conformément aux dispositions de l’accord politique.


«Vue la menace croissante des violences liées aux élections ou à la situation politique, deux autres unités de la police constituées seraient nécessaires pour améliorer la mobilité des unités de la police constituées existantes. Cela n’entrainera aucune augmentation du nombre global de contingents sur le terrain. C’est fort de l’analyse de ce rapport que M.Guteres recommande au Conseil de sécurité des Nations unies une prorogation du mandat de la Monusco jusqu’au 31 mars 2018»
, a affirmé Charles Antoine Bambara, Directeur de l’Information publique et porte-parole intérimaire de la Mission onusienne en RDC cité par Radio Okapi.

RDC : Monusco, les opérations annuelles coûtent 1,3 milliard USD

Dans ce rapport, Antonio Guterres exprime aussi le besoin de renforcer les capacités de la police de la MONUSCO pour lui permettre de faire face aux défis sécuritaires sur le terrain en RDC. Il note que la violence et les menaces à l’encontre des civils ne sont plus concentrées uniquement dans l’Est de la République démocratique du Congo.

«La violence de proximité et les affrontements interethniques s’étant multipliés et étendus des zones déjà touchées par les conflits armés, telles que les provinces du Nord-Kivu et le Sud-Kivu, à la province du Tanganyika, aux trois provinces du Kasaï et à la province du Kongo central. Les activités des groupes armés dans l’est du pays ont augmenté, en particulier avec la réapparition de l’ancien Mouvement du 23 mars (M23)», fait notamment remarquer le rapport.

Au regard de ces motivations, la prochaine résolution du Conseil de Sécurité portant renouvellement du mandat de la MONUSCO semble avoir beaucoup de chance pour être adoptée. Car, c’est elle qui définira rôle à attribuer aux Nations Unies pour leur soutien à l’organisation des prochaines élections attendues par tous en RDC.

A RE(LIRE) : RDC : Budget électoral, l’apport des partenaires internationaux reste conditionné !

Les Etats contributeurs, rappelle-t-on, avaient déjà conditionné leur apport à la publication d’un calendrier électoral réaliste. S’ils restent tout de même disposés à soutenir les démocraties naissantes, ces Etats ne voient pas leur financement servir à des élections truquées et bâclées d’autant plus qu’ils auront des comptes à rendre à leurs citoyens.

Eric TSHIKUMA/Zoom Eco

A RE(LIRE) AUSSI :
RDC : Révision du fichier électoral, le budget approuvé par l’ONU a été de 50 millions USD

Advertisement

Edito